Archives mensuelles : avril 2015

L’histoire des trésors du ghetto de Venise

tresors-du-ghetto-de-Venise-MG_0265

Giovanni Fantini della Torah (orfèvre)
Couronne de Torah, keter Torah Venise1829, Argent et vermeil© Museo ebraico di Venezia.
à voir à partir du 13 mai :

« En septembre 1943, deux responsables des services religieux des synagogues espagnole et levantine du ghetto de Venise cachèrent une quarantaine d’objets précieux avant l’entrée des nazis dans la ville. Déportés, ces deux hommes ne revinrent jamais des camps d’extermination.
Institué le 29 mars 1516, le ghetto de Venise, dont on célèbrera bientôt le cinquième centenaire, fut le premier d’Europe. Conçu comme un espace de ségrégation fermé la nuit, il devint pourtant le berceau d’une communauté de juifs originaires d’Italie, mais aussi des pays germaniques, du Levant et d’Espagne. Son cosmopolitisme et la prospérité de ses habitants en ont fait un creuset culturel original » :

http://www.mahj.org/fr/3_expositions/expo_prochainement.php?niv=3&ssniv=0

Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris

Les communications du Séminaire de la Fondation Hartung-Bergman, de juillet 2014 sont mises en ligne :

Amanda Herold-Marme, doctorante en histoire de l’art à Sciences Po, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac, mène des recherches sur les artistes espagnols à Paris pendant le franquisme (1939-1975).  Ses publications sont consacrées à Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris : « Roberta González est une artiste franco-espagnole dont la vie et l’œuvre se sont construites au contact de la guerre.  Porteuse de souffrances et d’opportunités, la guerre marquera son parcours, contribuera à l’amener vers son chemin artistique personnel et lui offrira la possibilité de faire connaître son œuvre et celle de son père au niveau international ».Elle a vécu en France, et fut l’épouse de Hans Hartung.

Cette communication est disponible dans la Lettre du séminaire ARTS & SOCIÉTÉS :

http://www.artsetsocietes.org/f/f-herold.html

Elle rappelle notamment que, pour sceller son acceptation sur la scène internationale, le régime franquiste se servira progressivement de l’art moderne. En 1960, Luis González Robles, acteur important dans le renouveau de l’art espagnol moderne, convaincra Roberta González de participer à une suite d’expositions organisées en Espagne par les autorités de l’époque, dans le cadre de la normalisation des relations engagées dès 1955 entre l’Espagne franquiste, et la plupart des démocraties occidentales, l’Espagne étant alors considérée comme « un moindre danger que le communisme », dans ce contexte de guerre froide.

73_HEROLD_4
Roberta González, Sens obligatoire n. 1, 1969, huile sur toile, 130 x 163 cm, IVAM, Institut Valencià d’Art Modern, Generalitat. Donation C.Martínez y V.Grimminger, Paris.

 

Le nouveau carnet de l’IHTP

Un nouveau carnet à découvrir,  celui de l’IHTP/ CNRS :  http://ihtp.hypotheses.org/ Héritier du Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, l’Institut d’histoire du temps présent est une unité propre du CNRS. Elle regroupe depuis 1980 chercheurs et réseaux de recherches départementaux et internationaux. Le carnet de l’Institut d’histoire du temps présent a d’abord pour objet de rendre compte de leurs activités. Il est également pensé comme un espace de rencontre et d’échanges autour du temps présent. Le Carnet de l’IHTP publie ici la traduction française de la préface par Nicolas Werth de l’ouvrage  Retour au Goulag avec Tomasz Kizny, paru pour la première fois — en anglais — il y a plus de 15 ans: Tomasz Kizny a autorisé l’IHTP à publier une sélection de photographies extraites de l’ouvrage. GULAG_005 Monastère des Solovki.

 

 

 

 

Voir le billet paru en août dernier, intitulé « Histoire et mémoire : le musée virtuel du goulag » : http://musearti.hypotheses.org/?p=4389

Un exemple de création visible sur ce musée virtuel :

getmanRehabilitated”. A self-portrait of N.I. Getman, 1978. Canvas, Oil. A genuine certificate of rehabilitation is fixed to the canvas. Nikolai Ivanovich Getman (1917-2004) was an artist. He was the author of a series of paintings called “The GULAG through the eyes of an artist” (1953-2004). In the period 1946 to 1953 he was a prisoner in TaishetLag and then in SevVostLag. After his release in 1953 he lived in the Yagodnoye Settlement in Magadan oblast’, and then in Magadan. In 1976 he moved to Oryol. He was rehabilitated in 1991. In the period 2002-2004 he was the principal artist of the State Museum of the History of the Gulag (Moscow). The picture was given to the Museum by the artist in 2003. It is on permanent exhibition (Photograph 25.06.2010).

 

Colloque international « Archéologie de la violence, violence de guerre, violence de masse », les 2,3, 4 octobre 2014 – Inrap

après interventionA l’occasion de l’exposition « Les Désastres de la guerre 1800-2014 » présentée au Musée du Louvre-Lens du 28 mai au 6 octobre 2014 ( ), l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), et le Musée du Louvre-Lens ont organisé un colloque intitulé « Archéologie de la violence-violence de guerre, violence de masse ».  Ce colloque a pour ambition d’évaluer l’apport de l’archéologie à la recherche sur les violences collectives et sur la guerre, et de montrer comment elle peut contribuer aux débats contemporains.  Son approche anthropologique a libéré la recherche des contraintes de l’histoire militaire et stratégique et offre aujourd’hui de nouvelles méthodologies et approches théoriques sur la nature de l’expérience de guerre vécue, tant par les combattants que par les civils. Ce colloque est par ailleurs l’occasion d’un dialogue avec les sciences sociales et l’histoire de l’art, dans une perspective internationale.   Les vidéos de ces conférences sont disponibles ici : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/p-17800-Archeologie-de-la-violence-violence-de-guerre-violence-de-masse.htm

Les expositions virtuelles ont un grand avenir

NIT_Online_Exhibit_Promo_480x381L’Enssib propose un guide l’organisation d’une exposition virtuelle pour les bibliothèques qui sont souvent en possession de documents fragiles qu’il est délicat d’exposer : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/62643-creer-une-exposition-virtuelle.pdf et en introduction, une définition :

« Une exposition virtuelle est une exposition numérique, créée et diffusée sur internet. En France, la plus ancienne date de 1994. Si les musées ont été précurseurs en ce domaine, les bibliothèques (la BnF et la BM de Lyon en 1997) s’approprient rapidement ce champ d’action. Une exposition virtuelle contribue grandement à la valorisation des collections de la bibliothèque ; elle permet d’affirmer sa place et son dynamisme sur internet.

On peut distinguer trois modèles d’expositions virtuelles :

• Comme exacte reproduction en ligne d’une exposition physique ayant eu lieu dans une institution : cela permet au visiteur de préparer sa visite ou au contraire de revenir sur ce qu’il a pu découvrir.

• Comme complément d’une exposition en cours : tout en respectant le thème principal de celle-ci, l’exposition virtuelle apporte d’autres informations, dévoile d’autres documents.

• Une exposition virtuelle peut être conçue uniquement pour une diffusion sur internet.

Les expositions virtuelles ont un grand avenir : elles se multiplient et ouvrent de nouvelles perspectives aux visiteurs qui peuvent ainsi sans effort découvrir ou redécouvrir des pans entiers de l’histoire de l’art, de la mode et du cinéma, sans limites de temps ou de contraintes liées aux lieux, à l’espace. Elles permettent de prolonger une exposition passée ou de remplacer une exposition « physique » qui n’a pas pu avoir lieu, faute de financements. Livres anciens et précieux, dessins, pastels et textiles sont fragiles, l’exposition virtuelle  est donc aussi appelée à se développer tout particulièrement dans ces différents domaines. En voici quelques exemples :