Archives mensuelles : janvier 2015

Frederick Wiseman, auteur du passionnant documentaire sur la National Gallery

national galleryDans la revue Apollo Frederick Wiseman parle de son nouveau documentaire consacré à la vie du musée londonien, la National Gallery, particulièrement captivant : on y découvre l’activité foisonnante d’un musée tourné vers l’accueil de tous les publics.
Son directeur Nicolas Penny, qui a autorisé ce tournage, a depuis quitté le musée : http://www.theguardian.com/artanddesign/2014/jun/23/nicholas-penny-announces-departure-from-national-gallery
Le site du musée :
http://www.nationalgallery.org.uk/

Frederick Wiseman talks to Apollo about his new film, National Gallery y (2014), which is released this month in the UK, takes us behind the scenes at the museum, but constantly reminds us that the paintings are the stars.

How did the film come about ?
« I had tried to film the Metropolitan Museum of Art in New York about 25 years ago, but they wanted me to pay them. I hadn’t tried any other museums in the meantime and this opportunity came up by chance because I met somebody who worked at the National Gallery, who suggested it, and then I met Nick Penny and he said, ‘Okay.’ »

There are usually more people and many more meetings in your films than there are in National Gallery. How did you approach filming paintings on walls ?

The issue was always how to shoot the paintings. I shot the paintings so that theviewer is always inside the frame so you don’t see the frame or the wall or the little plaque. The painting became so much more vibrant, more alive because it was less of an object and you really saw the painting very close.

There’s a guide who tells a group of visitors that ‘the one thing a painting doesn’t have is time’? How does this quality translate into film ?

In making a film about paintings, I changed the relationship of painting to time. You can show the paintings serially, as opposed to looking at them all at once, which is what the eye does – unless you look at a very small part. What I can do is give you close-ups of the painting: I can show you the story of the painting in a series of shots.

What was it like spending so much time – 12 weeks – in the National Gallery ?

We photographed when there was nobody else in the gallery – that was quite something. It was easier to do it then so that there wasn’t a risk of someone just walking through the frame. And it’s really annoying if you’re getting daylight from the skylight ».

http://www.apollo-magazine.com/in-the-frame-frederick-wiseman-january-apollo/

Les œuvres de Rembrandt filmées au musée par Frederick Wiseman sont particulièrement belles.
L’exposition temporaire consacrée aux derniers travaux de ce peintre, s’achève demain.
rembrandt-homepage-final-days

L’exposition Pliure : le livre et « la somme infinie de ses possibles »

119_sil_copie2Francesca Woodman, Some disordered Interior Geometries, Courtoisie de George et Betty Woodman

L’exposition Pliure est un essai sur le livre et « la somme infinie de ses possibles » (Blanchot). Elle donne à voir ce que peut un livre, en relation permanente avec le geste artistique, et de quelle façon l’art se transforme à l’épreuve du livre et le livre se transforme à l’épreuve de l’art. Le livre devient ici un laboratoire d’expériences esthétiques tout en conduisant lui-même à ces expériences. Exposition ni rétrospective, ni anthologique, ni historique, Pliure ne prétend pas embrasser tout un thème ou prouver une théorie certaine mais essaie de montrer comment l’espace du livre a pu provoquer l’art et continue à le faire. 
Oeuvres de Helena Almeida, Christian Boltanski, Lewis Carroll, Lourdes Castro, Geoffrey Chaucer, Rui Chafes, Claude Closky, d’Alembert, Raffaella della Olga, Diderot, Dürer, Marcel Duchamp, Olafur Eliasson, Robert Filliou, Jean-Luc Godard, John Latham, Sol LeWitt, Richard Long, René de Lorraine, William Morris, Bruce Nauman, Alain Resnais, Ed Ruscha, Dayanita Singh, Michael Snow, François Truffaut, Maria Helena Vieira da Silva, Wolf Vostell Lawrence Weiner et Francesca Woodman.

Exposition à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France
du 30 janvier au 12 avril 2015 : http://www.gulbenkian-paris.org/expos_a_venir
Pliure est organisée en collaboration avec l’ENSBA qui recevra la deuxième partie de l’exposition, Pliure [Epilogue. La bibliothèque, l’univers] du 10 avril au 7 juin 2015.http://www.beauxartsparis.com/l-ecole/a-la-une

Au musée Tomi Ungerer

bandeau_Musees_TomiÀ Strasbourg un hommage à Charlie Hebdo, à ses illustrateurs décédés Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, ainsi qu’à l’ensemble des victimes, est organisé au Musée Tomi Ungerer- Centre international de l’illustration du samedi 10 au dimanche 18 janvier 2015.

Cet hommage prend la forme d’une petite présentation de numéros historiques d’Hara-Kiri et de Charlie Hebdo, de quelques dessins originaux des illustrateurs disparus et de documents audiovisuels.

http://www.musees-strasbourg.org/collection/tu.html

“François Mathey’s innovative intiatives for cultural democratization (1953 – 1985)”

Sur le carnet d’hypothèses, « Politiques de la culture Carnet de recherches du Comité d’histoire du Ministère de la culture et de la communication sur les politiques, les institutions et les pratiques culturelles »,
vous pouvez trouver notamment une synthèse en anglais rédigée par Madeleine Planeix-Crocker sur mon intervention réalisée dans le cadre du séminaire sur la démocratisation culturelle : “François Mathey’s innovative intiatives for cultural democratization (1953 – 1985)”
7 janvier 2015 : http://chmcc.hypotheses.org/947

Hommages à Ricardo Porro

L’architecte franco-cubain Ricardo Porro est décédé à l’âge de 89 ans, le jeudi 25 décembre à Paris.
http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/26905886-disparition-de-l-architecte-ricardo-porro
Un hommage lui est rendu par le Ministère de la culture :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Hommage-de-Fleur-Pellerin-a-Ricardo-Porro

PORR_000_01_44École d’Arts Visuels, La Havane, Cuba, 1960-1965.

Le FRAC Centre résume ainsi sa carrière : Architecte, mais aussi sculpteur et peintre, dessinateur de mobilier, homme de culture, Ricardo Porro est le maître d’œuvre d’une architecture vitaliste, qui plonge ses racines dans les projets de Gaudi, Mendelsohn, Asplund, Frank Lloyd Wright ou Rudolph Steiner, mais aussi dans toute forme vernaculaire d’architecture. Ricardo Porro a grandi à La Havane, au cœur des Caraïbes, où il fait ses études. En 1960, Fidel Castro et le gouvernement cubain lui offrent la possibilité de réaliser une première commande d’importance à travers un programme d’écoles, plus particulièrement l’École des arts plastiques et l’École de danse moderne de La Havane. On trouve déjà dans ses premières réalisations tous les éléments qui définiront l’architecture de Ricardo Porro : un sens fulgurant de l’ellipse spatiale, une exubérance sensuelle de la forme. Ici, l’architecture est image : image figurative à l’anthropomorphisme toujours présent, mais aussi image symbolique qui relève de l’ordre cosmique de l’univers. Le syncrétisme de son architecture, qui relie l’homme au monde, apparaît comme un immense corps dans lequel les éléments architectoniques sont équivalents à des fragments de corps humains. Images symboliques explicites, les œuvres de Ricardo Porro n’en sont pas moins l’expression de véritables programmes, attachant autant d’importance à la forme qu’au contenu, qui sont pour lui deux notions indissociables.
http://www.frac-centre.fr/collection/collection-art-architecture/index-des-auteurs/auteurs/porro-ricardo-58.html?authID=154
« R. Porro a développé une idée de son métier largement dérivée du romantisme allemand, proclamant qu’il fallait, par le biais de l’architecture, « romantiser la vie ». Mais c’est peut-être sa vision de la sexualité, de l’érotisme et des mythes de la fécondité en tant que ferments de son œuvre qui constitue la dimension la plus originale de son travail. Il la doit notamment à son ami le peintre surréaliste Wilfredo Lam, et à un désir de ressusciter à Cuba ce qu’il appelle la « tradition noire », celle du vaudou par exemple. Cette intention culminera dans son chef-d’œuvre, l’école des arts de la Havane, réalisée à la demande de Castro et Che Guevara au lendemain de la révolution castriste. » Présentation des émissions de France Culture, consacrées à cet architecte, réalisées par François Chaslin dans le cadre des « jeudis de l’architecture », diffusion des 9 juin et 8 octobre 2011.

François Mathey avait remarqué cet architecte et tenté de l’aider après son arrivée en France. Il écrivait en sa faveur à Pierre Moinot qui répondait à son intervention en ces termes le 28 octobre 1968 : « Le second point de votre correspondance concerne Riccardo Porro que vous estimez être l’architecte le plus important avec Niemeyer. Je donne votre lettre à Francis Raison en insistant sur le sérieux de l’affaire et de façon qu’un des futurs équipements puissent s’enorgueillir d’avoir été fait par un homme dont vous dîtes tant de bien ».