Archives mensuelles : octobre 2014

Vie et mort des musées au miroir de l’identité

Vu sur les réseaux sociaux : « Aujourd’hui, le Centre Historique des Sœurs de Sainte-Anne vit son dernier jour d’ouverture. Il disparait dans l’indifférence totale… » La dernière exposition temporaire accueillie est une exposition itinérante réalisée par le musée des religions du mondehttp://www.museedesreligions.qc.ca/

La mission du Centre historique des Sœurs de Sainte-Anne à Lachine, au Québec, consistait à faire revivre, à travers des objets témoins, la vie d’un couvent du XIX e siècle au Canada.  » Le mandat du Centre historique des Sœurs de  Sainte-Anne est de conserver, d’inventorier, de cataloguer, de mettre en  valeur et d’assurer la gestion et la documentation des objets qui ont une  valeur historique et/ou artistique et qui sont reliés à la Congrégation, dans  les secteurs de la vie consacrée et apostolique tout en transmettant un message  essentiel de sens et d’engagement » :http://www.ssacong.org/musee/fr/index.html

CHSSA-Pains-2scolaireeducation

Comme tout musée communautaire (notion ambigüe déjà évoquée ici : http://musearti.hypotheses.org/?p=4684), ce musée renvoyait une image, proposait une identité, à un public susceptible de « s’y retrouver » comme le confirment les commentaires des visiteurs :  http://www.ssacong.org/musee/fr/commentaires.html

L’analyse de Serge Chaumier donne ici des clés pour comprendre ce qui se joue : « L’identité, un concept embarrassant, constitutif de l’idée de musée » : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_1766-2923_2005_num_6_1_1371

Le musée communautaire cesserait faute de public pouvant se reconnaître dans le miroir identitaire que le musée lui tend. À moins qu’une fermeture annoncée  (thème déjà évoqué ici : http://musearti.hypotheses.org/?p=4288)  ne relance justement le processus d’identification.. Car comme l’écrit Serge Chaumier (citant notamment David Le Breton) :

 » Chaque acteur est aujourd’hui amené à une production de sa propre identité à travers un bricolage dont la mondialisation culturelle, c’est-à-dire la transformation en signes, en esthétique, de la culture des autres, multiplie les matériaux possibles. Nous sommes désormais les artisans de nos existences », écrit David Le Breton (Le Breton, 2002). Les cultures deviennent ainsi des stocks d’options disponibles dans lesquels l’individu puise des biens matériels et symboliques pour se construire une représentation de soi. « Le bricolage de sens caractérise désormais la relation au monde », poursuit l’auteur. L’individualité aux multiples visages découvre l’errance identitaire, où la personne habite des lieux d’identification ponctuels et variables, en constante évolution. Apparaît de ce fait une certaine ambivalence, l’individu revendiquant fortement ses attaches lorsque celles-ci deviennent plus insaisissables, incertaines, voire construites ou mythiques. Plus encore, l’espace privé des références se mélange aux investissements de l’individu dans l’espace public et propose une reconstruction d’un paysage, traditionnellement divisé. La mosaïque identitaire compose un individu qui ne trouve sa cohérence que par la spécificité incomparable de son parcours, comme elle élabore un monde interconnecté où le métissage donne lieu à de nouvelles cultures. Car ce qui se joue au niveau individuel s’exerce également au niveau global. Les échanges mondiaux conduisent à une nouvelle culture que les ethnologues décrivent. Si des niches écologiques existent où s’affirment des identités ponctuelles, délimitées, qui offrent des lieux de reconnaissance et d’identification aux individus, cela ne les empêche pas d’être en proie aux métissages et de les revendiquer. […] Le nomadisme identitaire est une composition, entre escapades dans l’exotisme et arrimages à des repères aux valeurs de fétiches. L’ancrage et l’affirmation de soi passe par des supports qui ne sont pas définitifs, mais eux-mêmes en constante transformation de leurs significations et de leurs contenus, même si des attaches symboliques sont d’autant mieux proclamées. La déshistoricisation des identités collectives n’a pas davantage de pertinence que la naturalisation de l’identité individuelle. Or, l’une comme l’autre y sont sans cesse ramenées, offrant une image rassurante de stabilité et de permanence, alors qu’elles sont en proie aux incessantes transformations [… ] . Ainsi, l’individu prend la mesure de son identité, en jouant de ses identités rassemblées qui ont chacune leur public spécifique. Il est devenu le producteur de sa propre identité, qu’il met en scène, identité provisoirement acceptable, jamais définitive. Si elle demeure Une, par définition, c’est une unité labile, souvent virtuelle, aux limites poreuses, dont les composantes sont démultipliées en autant de fragmentations. La réponse à la question identitaire pourrait se formuler : “je suis multiple”. »

 

Splendeurs des HAN : une exposition exemplaire au musée Guimet

« Splendeurs des Han, essor de l’empire céleste »
Au musée Guimet, 6 place d’Iena, Paris 16e
22 octobre 2014 – 1er mars 2015

Tour de force au musée Guimet : dans l’exposition « Splendeurs des Han » qui vient d’ouvrir ses portes, figurent 150 œuvres témoins économiques et culturels de la Chine des Han, une dynastie aux quatre siècles de longévité, au tournant de notre ère (206 av JC – 220 après JC) :  http://m.culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/chine-des-splendeurs-des-han-exposees-a-paris-196863

Ces pièces ont été recueillies dans 27 musées de neuf provinces chinoises après que l’idée de l’exposition a été lancée en novembre 2013 : présenter au public français des découvertes archéologiques des cinquante dernières années ayant trait à cette dynastie qui unifia la monnaie, les poids et mesures, l’écriture, alors érigée en tant qu’art, et qui parcourut la route de la Soie, découvrit le papier et fut « essentielle dans la formation de l’identité chinoise », souligne le conservateur Éric Lefebvre, cité par l’AFP.

Tous les supports de création sont représentés, comme des terres cuites, ou des textiles, des aspects variés de la vie quotidienne sont ainsi restitués comme les jeux, les constructions, les croyances et les rites funéraires :   » Pékin a notamment confié au musée parisien 67 objets d’arts considérés en Chine comme des trésors nationaux. L’ensemble de ces substituts funéraires rendent compte de la vie sous les deux périodes Han (Han de l’Ouest, Han de l’Est), un règne survenu après l’unification de la Chine par son premier empereur (Qinshi huangdi) ».

IMG_20141026_104418 (2)Un linceul de 4.248 plaquettes de fin jade blanc et de fil d’or. Costume funéraire, Chine, Han occidentaux (206 av. – 9. apr. J.‐C.),Jade, fils d’or, L. 176 cm, l. 68 cm Découvert en 1995, tombe royale de Chu, Shizishan (Xuzhou)               © Art Exhibitions China / Musée de Xuzhou

A l’Institut culturel italien : le dialogue entre l’art et l’architecture, avec Achille Bonito Oliva

Le 22 octobre à 19h 30 :

Le dialogue entre l’art et l’architecture.

Quel lien existe entre l’art et l’architecture contemporaine ?

sartogo

Achille Bonito Oliva, l’un des critiques d’art les plus importants, et l’architecte Piero Sartogo, essaieront de répondre à la question à partir de leur travail et de leur expérience.

Au cours de la soirée, présentation des catalogue Tra/Between (dirigé par A. Bonito Oliva, Allemandi éditions)roma interrotaet Roma interrotta (Johan and Levi) http://www.johanandlevi.com/scheda.php?libro=90,réédition de l’ouvrage publié à l’occasion de la célèbre exposition de 1978 aux Marchés de Trajan.

 

Orlan, la condition de l’artiste : Self-Hybridations

carac_image1_1Légende Photo :
ORLAN, Facing design n°6 avec vrille en réalité augmentée, 2014, self-hybridation avec masque de l’opéra de Pékin, tirage pigmentaire sur papier Fine Art Baryta, cadre bois, plexiglas, réalité augmentée, 110 x 110 cm. Courtesy de l’artiste et galerie Michel Rein, Paris/Bruxelles.

Actuellement à la galerie Michel Rein, l’artiste présente une nouvelle série de ses « Self-Hybridations », des photographies de portraits grimés et masqués.

« En 1965, ORLAN décide de sortir du cadre, toute nue. Un vrai cadre en bois, baroque, avec un centre ovale dont elle s’extirpe dans une acrobatique contorsion du corps. La performance est immortalisée par une petite photo (10 x 7 cm) Tentative pour sortir du cadre : elle est réalisée avec peu de moyens, mais se révèle une œuvre fondatrice. Le cadre, le corps, déjà. Et la photographie bien sûr ».[…] Pour continuer à suivre le fil des nouvelles technologies qu’elle a toujours su dérouler de façon avant-gardiste, ORLAN a doté ses nouvelles œuvres d’un volet interactif avec le principe inédit de réalité augmentée. Une application pour smartphones et tablettes permet ainsi de la voir en mouvement devant ses nouvelles œuvres et notamment, une fois de plus, de sortir de leurs cadres. L’histoire continue… »

CaptureorlanCapture

La suite sur le Journal des Arts, n° 420 – 3 octobre 2014, voir l’article d’Henri-François Debailleux

 

Jusqu’au 18 octobre, Galerie Michel Rein, 42 rue de Turenne, 75003 Paris, tél.01 42 72 68 13, www.michelrein.com, mardi-samedi 11h-19h.

9782844462114FSPour mémoire la couverture et le numéro de la revue Area : Revue area n° 26 – Artiste, un métier ? :

avec les témoignage des artistes :  Jean Le Gac, ORLAN, Maurice Matieu,Bernard Dejonghe, Roberto Platé, Romain Slocombe,Kaviiik, Jean-Claude Guillaumon, Dorian Teti,

Des « musées communautaires » : essai de définition(s)

Qu’est-ce qu’un « musée communautaire » ? Quels types de musées regroupe-t-on communément sous ce vocable ? Quelles sont les différences de conception pour ces musées aux Amériques ? En Afrique, en France ?

L’expression « musées communautaires » a davantage d’émules dans le monde anglo-saxon qu’en France. L’expression est banalisée au Canada, qui adopte cette appellation pour présenter par exemple les musées de la ville d’Ottawa: http://ottawa.ca/fr/residents/arts-culture-et-communaute/musees-et-patrimoine/musees-communautaires Le financement de ces musées au Canada provient en partie de subventions émanant des États fédérés.

Le Musée des Ursulines du Québec, (http://www.museedesursulines.com/fr/le_musee/) renvoie cette fois-ci à une communauté religieuse catholique installée au Canada. Pour apprécier la diversité des musées canadiens, voir le site du vmc-logo-frmusée virtuel canadien : http://www.museevirtuel.ca/expositions-virtuelles/?mu=on&R=NGUIDE_ABRX&lang=fr

L’expression est généralement banalisée en Amérique du sud , voir à ce propos l’article publié par l’ICOM : L’exercice du pouvoir communautaire. Comment les musées communautaires renforcent l’identité et l’autodétermination, de Teresa Morales et Cuauhtémoc Camarena, Consultants, Union des musées communautaires de l’État d’Oaxaca, Union nationale des musées communautaires du Mexique, Réseau pour les musées communautaires d’Amérique, in  N°2, 2012 | LES NOUVELLES DE L’ICOM, page 9 :   » En 1986, le musée communautaire Shan Dany a ouvert ses portes à Santa Ana del Valle, un village zapotèque d’Oaxaca, dans le sud du Mexique.. » : http://icom.museum/fileadmin/user_upload/pdf/ICOM_News/2012-2/FR/p9_2012-2.pdf

ou bien le musée communautaire de Santiago de Okola en Bolivie : http://www.viventura.fr/blog/musee-santiago-de-okola

Teamarbeit

camerounEn Afrique,  au Cameroun, le Musée communautaire de Bamendjinda est à l’origine de la première charte d’aménagement culturel de territoire au Cameroun. Il a pour objet, la préservation et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des chefferies Bamiléké : http://www.anneauxdelamemoire.org/fr/acteurs-du-reseau/afrique/associations/item/383-musee-communautaire-de-bamendjinda.html

« Art, Chasse et Tradition «  Le Musée de Bangoua se veut être le reflet de la mise en évidence de toutes les vertus reconnues de manière séculaire à ce peuple, qu’elles soient liées à son génie créatif notamment sur le plan de la production plastique, à sa construction sociale emprunte des valeurs chères à sa cohésion sociale (cérémonies culturelles et cultuelles célébrées depuis des siècles) ou à l’activité première de son Roi fondateur LEUKEMEGNE : la chasse. http://www.routedeschefferies.com/fr/index.php?/Les-Cases-Patrimoniales-des-Chefferies/bangoua.html

Pour une étude des musées communautaires en Afrique de l’Est voir :  Exposer l’objet ethnographique, mettre en scène la nation :  la muséographie incertaine des musées communautaires au Kenya, de Chloé Josse-Durand : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/76/12/02/PDF/Mambo_2012_JOSSE_DURAND.pdf

 

Qui utilise en France le mot « communautaire » accolé au terme de musée ?

Cette notion de communauté , s’étend à la notion de musée d’histoire locale, qui engloberait dans ce cas de très nombreux musées essentiellement d’écomusées.  Sur la crise de cette notion voir, Alexandre Delarge , Des écomusées, retour à la définition et évolution : « Un écomusée est un instrument qu’un pouvoir et une population conçoivent, fabriquent et exploitent ensemble. Ce pouvoir, avec les experts, les facilités, les ressources qu ‘il fournit. Cette population, selon ses aspirations, ses savoirs, ses facultés d’approche » : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pumus_1164-5385_2000_num_17_1_1159

On regroupe sous ce terme :

Des musées locaux, municipaux qui se reconnaissent sous ce vocable, comme le Musée municipal de Saint-Cloud. Dans ce dernier cas  « Le territoire, est l’élément constitutif de l’identité ». Or pour les exilés qui conservent une culture mais qui ont été chassée d’un territoire donné, cette définition ne peut s’appliquer : http://memsic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/33/49/41/PDF/mem_00000570.pdf

Des musées de communautés en exil, il s’agit en fait de musées qui rassemblent une communauté qui se considère  « en exil » , qui se définit « à partir de son exil », celui-ci peut être bien réel, tragique, vécu (comme pour les Arméniens accueillis en France, voir une brève précédente : http://musearti.hypotheses.org/?p=4664) ou ressenti par les générations suivantes, les descendants de populations soumises à l’esclavage, colonisées et/ou déplacées.

Des musées locaux, ruraux, d’art populaire, des petites structures muséales implantées sur un territoire, qui le reflètent, que se relient au territoire, dont les collections sont très hétérogènes, comme le musée Communautaire Opale-Sud à BERCK-SUR-MER : http://www.les-musees-de-france.fr/musee/musee-communautaire-opale-sud.html ou le Musée communautaire Camos à  Bargemon :http://www.dracenie.com/index.php/camos :

« Logé dans l’ancienne chapelle Saint-Etienne construite vers le XIe siècle pour les moines de l’ Abbaye Saint Honorat le musée-galerie Camos propose au visiteur la collection d’ex-voto provenant de la chapelle Montaigu à Bargemon. La reconstitution d’un atelier de cordonnerie. Le souvenir des activités qui ont prospéré à Bargemon : miel, pâtes alimentaires, liqueurs. L’évocation des événements de la Résistance à Bargemon. L’horloge du village de 1768. Ainsi que le buste en cire d’Honoré Camos, réalisé par le Musée Grévin en 1988 qui est présenté avec quelques-unes des œuvres du peintre provençal. Le musée Camos accueille également des expositions temporaires d’artistes contemporains, des expositions à thèmes et un marché de Noël ».

camos04