Archives mensuelles : août 2014

Sonia Delaunay : les Couleurs de l’Abstraction

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (MAMVP) présente l’exposition « Sonia Delaunay : Les Couleurs de l’Abstraction ». http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-sonia-delaunay

Commissariat : Fabrice Hergott, Anne Montfort et Cécile Godefroy.

http://www.mam.paris.fr/sites/default/files/liste_des_visuels_sonia_delaunay.pdf

rythme_couleur_1964

Sonia Delaunay, Rythme Couleur, 1964, © Pracusa 2013057,© Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris / Roger-Viollet

Cette rétrospective regroupant plus de 400 œuvres de l’artiste, se déroule du 17 octobre 2014 au 22 février 2015 et prend la forme d’une rétrospective itinérante. Après son passage à Paris, l’exposition sera installée à la Tate Modern de Londres du 15 avril au 9 août 2015.http://www.tate.org.uk/visit/tate-modern

voiture delaunay » Les œuvres présentées incluent des tissus, des peintures, des gouaches, des gravures, des articles de mode ainsi que des décorations murales. Figurant comme la première rétrospective parisienne majeure dédiée à Sonia Delaunay depuis 1967, cette exposition raconte le cheminement de l’une des artistes les plus remarquables de l’abstraction et de l’avant-garde du XXe siècle » :

http://fr.artmediaagency.com/99570/une-grande-retrospective-itinerante-de-sonia-delaunay/

Cofondatrice de l’orphisme avec Robert Delaunay, Sonia Delaunay a été une figure majeure de l’Art déco, comme une exposition temporaire récente permettait de le rappeler : http://musearti.hypotheses.org/?p=1013

S’agissant de ses créations textiles, il convient de signaler les œuvres données en 1966 par l’artiste au  musée des Arts décoratifs de Paris, soit 23 dessins de projets de tissu simultané créés dans les années 1920 et 7 créés en 1948/1949. Ce musée a en effet commémoré en 1966 l’exposition Arts décos de 1925, et Sonia Delaunay y participe, aux côtés de Charlotte Perriand :

L’INA garde trace de cette exposition et des témoignages de ces deux artistes femmes :

charlottesonia

1966, exposition « 1925 » : Captation d’images de l’émission « Le magasine des arts de l’actualité télévisée », ORTF, réalisation d’Adam Saulnier, « L’exposition 1925 », le 13 mars 1966. À gauche,  Charlotte Perriand. À droite, Sonia Delaunay. Source : INA.

mathey 1925François Mathey, 1966, exposition « 1925 » : Captation d’images de l’émission « Le magasine des arts de l’actualité télévisée », ORTF, réalisation d’Adam Saulnier, « L’exposition 1925 » Source : INA.

Lettre de Sonia Delaunay à Malraux :  « Le 2 mars 1966. Je viens de terminer l’accrochage au Pavillon de Marsan avec M. Mathey, de mon mur de 1925, de 8 m sur 4 m ; j’y serai demain à 11 heures et j’aurais grand plaisir à vous y rencontrer pour vous montrer moi-même mes œuvres et le beau poème de Cendrars au milieu du panneau. »
Ce don exceptionnel a été mis en valeur en 2012 par Agnès Callu : accrochage “Tissus simultanés de Sonia Delaunay : dessins en couleurs (1924-1949)”: http://dessins.hypotheses.org/382

Sur les créations de Robert Delaunay, voir : http://musearti.hypotheses.org/?p=938

« Once in a lifetime !  » : Matisse et Malevitch à la Tate Modern

« Once in a lifetime » :  c’est le même slogan qu’emploie la Tate Modern www.tate.org.uk, pour vanter ses deux expositions en cours :

– celle sur les papiers découpés de Matisse jusqu’au 7 septembre : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

Vincent Noce dans son article :http://next.liberation.fr/arts/2014/08/25/matisse-decoupes-de-genie_1086747, fait allusion à la chapelle de Vence dont la décoration a été commanditée à Matisse par les dominicains. Le père dominicain Marie-Alain Couturier écrivait à ce propos :

« L’admirable vieillesse des très grands peintres. Souvent ce qu’il y a de plus pur chez un être apparaît à la faveur de certaines déchéances et de l’usure due à l’âge. La main tremble, ne fait plus que l’essentiel. Tout le reste tombe. » in Marie-Alain Couturier, Se garder libre : Journal (1947-1954),  éditions du Cerf, 1962.

672210-an-employee-poses-with-a-stained-glass-designed-by-henri-matisse-at-the-tate-modern-gallery-in-londo

Nuit de Noel», par Henri Matisse, exposé à la Tate Modern de Londres, en avril 2014.(Photo Luke MacGregor. Reuters).

et celle consacrée à Malevitch http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/malevich, jusqu’au 26 octobre prochain.

malevichbanner

C’est l’occasion de rappeler deux expositions pionnières à Paris :

– celle organisée en 1961 par François Mathey : Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris :http://musearti.hypotheses.org/?p=2897

http://musearti.hypotheses.org/?p=858

–  et celle consacrée aux artistes de l’avant garde russe figurant dans la Collection Costakis au musée Maillol (http://www.museemaillol.com/)  en 2008-2009 : http://www.lexpress.fr/culture/art-plastique/l-avant-garde-russe-dans-la-collection-costakis_710555.html

9782070123490

Histoire et mémoire : le musée virtuel du goulag

kolymavueUnknown artist (initials “M.S.” [“M.C.” in Cyrillic]). 1940s. Kolyma. Paper, watercolour. Scanned 18.10.2004.Le musée virtuel du goulag est né d’une initiative privée :

« Russia has no national Museum of the Gulag. The Museum is absent not just as a material object. It is absent in Russian culture. (…) The Research and Information Centre “Memorial” in St Petersburg has been pursuing the idea of creating a Virtual Museum of the Gulag for five years now. We consider this Museum to be the sum of the existing diverse museums and exhibitions brought together in a single virtual space for the purpose of juxtaposition and the search for ways of integration » :
http://www.gulagmuseum.org/showObject.do?object=3315723&language=2

Lecture :kolyma La route de la Kolyma : voyage sur les traces du goulag, de Nicolas Werth

https://www.franceculture.fr/oeuvre-la-route-dmae-la-kolyma-voyage-sur-les-traces-du-goulag-de-nicolas-werth
« La route de la Kolyma est le récit de cette expédition insolite et fascinante dans l’immense contrée isolée de la Sibérie orientale, à neuf heures de vol de Moscou.
Région emblématique du Goulag, la Kolyma, grande comme deux fois la France, est aujourd’hui une région sinistrée, aux villes dépeuplées. Nicolas Werth a rencontré les derniers survivants des camps, mais aussi les membres de l’association Memorial qui luttent pour que cette page sombre de l’Histoire ne soit pas oubliée ».

Comment appréhender cette civilisation disparue ? Ce voyage à la recherche de la Kolyma perdue est aussi une réflexion sur le métier d’historien.