Archives mensuelles : février 2014

la Galerie de l’Ancienne Poste à Toucy (Yonne)

Des nouvelles du « triangle d’or » :

Alors que nous avions dû déplorer la fermeture d’Expolain, l’année dernière ( http://musearti.hypotheses.org/?p=239) nous constatons avec plaisir la pérennité de la Galerie de l’Ancienne Poste et le dix-septième anniversaire de la création des « Amis de la Galerie de l’Ancienne Poste ».  « Cela témoigne d’une longévité assez notable dans le domaine de la céramique contemporaine et d’une volonté intacte de poursuivre notre action de diffusion de cet art singulier auprès des amateurs d’art en général. La Galerie de l’Ancienne Poste dispose d’une renommée qui lui permet de proposer les œuvres des artistes historiques ou établis et les expériences abouties des plus jeunes artistes attirés par les potentialités du medium terre. Le programme 2014 s’inscrit dans ces deux axes et nous souhaitons que vous serez de plus en plus nombreux à nous lire et à venir partager l’émotion de la découverte d’œuvres innovantes et audacieuses » :

A la galerie,focus sur Karine Benvenuti :

http://galerie-ancienne-poste.com/?portfolio=artistes-de-la-galerie-2014

Les artistes exposés depuis 1997 :

Jean-Paul AzaïsKarine Benvenuti  Gisèle Buthod Garçon – Catherine Chaillou – Claude ChampyJean-Pierre Chollet Eduardo Constantino – Nicole Crestou – Alistair DanhieuxMartine Damas Daniel de Montmollin – Bernard David – Robert Deblander Claire Debril Jean-Michel DoixPhilippe DubucIsabelle Durand Stéphanie Durand – Xavier  Duroselle – Gilles Duru – Claude DutertreSophie Favre – Jean-Marie Foubert – Alain Gaudebert – Laure Gaudebert – Pascal Geoffroy – Marie-Laure Guerrier – Chris Gullon – Agnès His – Didier Hoft – Jean Jacquinot – Helena Klug – Joseph Kurhajec – Pascal Lacroix Agathe LarpentYvon Le Douget – Jean Linard –  Océane MadelaineBrigitte Marionneau Pierre MartinonMarie-Pierre Méheust Philippe MénardDavid MillerUrsula Morley-PriceMarta Pachon -Rodriguez – Nadia Pasquer – Sophie Pavot – Brigitte PénicaudGustavo PérezSimone Perrotte – Sylvie Piaud – Nathalie Pierlot – Vincent Potier – Marcel PouletCharlotte PoulsenEtiyé Dimma Poulsen – Machiko Pozzo – Sylvestre Rivière – Patrick Rollet – Anima Roos Hervé Rousseau – Franck Rousseaux – Brigitte SabatierSandrine TonnelierMarc UzanCatherine VanierCamille Virot – Sandra Zeenni…

Paru ! « Des musées dans la Guerre froide : de Besançon à Paris, 1956-1957 »

Dans le cadre de la recherche menée par le Réseau des Correspondants départementaux de l’IHTP- CNRS sur  « La Guerre Froide vue d’en bas : 1947-1967 », placée sous la direction de :
– Olivier Büttner IR IHTP-CNRS ;
– Philippe Buton, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims,
– Michel Hastings, Professeur de Science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille ; vient d’être publié sous Hal SHS, dans le cadre du thème IV, « Actions collectives et ordre public », l’article suivant :  » Des musées dans la Guerre froide :
de Besançon à Paris 1956-1957″,  par Olivier Büttner, animateur du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP et Brigitte Gilardet, docteure en Histoire de l’art contemporain, post doctorante à l’IHTP.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00952601

« En  1957 a lieu à Paris au musée des Arts décoratifs,  une exposition non programmée sur le plus ancien musée de province, Besançon. Cette exposition est le fruit des circonstances politiques internationales liées à la Guerre froide et qui ont marqué l’année 1956 (l’intervention des chars soviétiques à Budapest). Elle prend la place d’une exposition d’art tchèque reportée vue les circonstances. L’article a pour objet de déterminer dans quelle mesure la mise en caisses préalable des collections de Besançon  a correspondu à un exercice d’évacuation tel que les règlements émanant du Service de Protection des Œuvres d’Art (SPOA) dirigé par Rose Valland le recommandait, ou bien si le climat de crainte d’une troisième guerre mondiale a vraiment incité la conservatrice du Musée de Besançon à préparer dans le moindre détail l’évacuation des plus belles pièces du Musée  de Besançon. L’article se fonde sur les archives des Musées de Provinces conservées dans les locaux du Louvre, les Archives municipales de la ville de Besançon confrontés aux archives du SPOA établies par Rose Valland et accessibles à La Courneuve, au Centre des archives du Ministère des Affaires étrangères ».

Alain Geismar : une histoire de Mai 68

Au MAHJ, Dimanche 16 mars 2014 à 11 h  : Rencontres « Livres vivants »

Alain GeismarAlain Geismar
©DR

Dimanche 16 mars 2014 à 11 h : Mai 68 Avec Alain Geismar
« Né dans une famille juive alsacienne laïque, Alain Geismar est élevé à Paris dans un milieu très attaché à la République et à la France.  Au cours de ses études d’ingénieur, il entre au Parti socialiste unifié. Devenu professeur d’université, il adhère ensuite au Syndicat national de l’enseignement supérieur.
Certains événements, tels que la guerre d’Algérie, aiguiseront sa conscience politique et son engagement. En 1968, il rejoint la contestation étudiante. Il évoquera sa rencontre avec Pierre Mendès France, les rapports avec les communistes, la création de la Gauche prolétarienne, l’écriture de Vers la guerre civile avec Serge July et Erlyn Morane. Mais aussi son lien avec Benny Lévy, les échanges avec Sartre, son emprisonnement en 1970, la question palestinienne, les comités Palestine, la condamnation de l’attentat de Munich (1972), le meurtre de Pierre Overney (tué le 25 février 1972), Lip et la dissolution de la Gauche prolétariennne » :
http://www.mahj.org/fr/1_musee/mediatheque_livres-vivants-Mai-68.php?niv=5&ssniv=4

Des artistes français et chinois en Chine

Après l’exposition organisée sur les Champs Elysées, à Paris par Alin Avila ( voir http://musearti.hypotheses.org/?p=949 ), l’exposition CHIFRA voyage en Chine :
– du 23 janvier au 16 février 2014 au National Art Museum of China, à Pékin : http://www.namoc.org/en/
– du 27 février au 31 mars 2014 au  Guanshanyue  art museum à Shenzhen : http://www.gsyart.com
– du début avril au début mai au ChongQing Fine Art Museum à ChongQing : http://news.xinhuanet.com/english/photo/2013-10/30/c_132842914.htm.

Voir le reportage à la télévision chinoise, en anglais : http://english.cntv.cn/program/cultureexpress/20140124/104618.shtml« >

Retrouvez les oeuvres de Marie Rauzy et son actualité sur son site : http://www.marierauzy.com/

Reprise de « Relâche » de Satie et Picabia à Nancy

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

A voir la reprise de Relâche, mythique ballet de Satie et Picabia, par le Ballet national de Lorraine (Nancy) : http://www.ballet-de-lorraine.eu/saison-2013-14/rel%C3%A2che.html

relache

Ce ballet a été créé en 1924 pour les ballets suédois par Picabia : il abandonne pour lui la relecture du manuscrit de Caravansérail ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1853 ) que l’éditeur Gallimard refusera poliment de publier. Picabia est alors en pleine rupture avec les Surréalistes et surtout avec André Breton, son cadet.

Le ballet débute par Entracte, un film de René Clair:

Satie___Picabia__Clair___Biorlin__prologue_de_Relache_entracte (1) http://m.youtube.com/watch?v=mpr8mXcX80Q

Le rideau se lève: les spectateurs sont aveuglés par 370 phares dirigés vers la salle:

tumblr_md10vyV0871qmktfqPicabia__maquet_de_Relache__Les_Hommes_se_devetissent_

Lire le scénario de « Relâche »,  sur le blog de Carole Boulbès, spécialiste de Picabia : http://caroleboulbes.blogspot.fr/2014/01/scenario-de-relache-francis-picabia-1924.html?m=0

À la fin de ce ballet, Erik Satie et Francis Picabia entrent sur scène pour saluer le public au volant d’une voiture de Rolf de Maré. Tout est provocation dans ce ballet, il s’agit de faire crier, de se faire huer le public, car dit le Dadaïste Picabia : « J’aime mieux les entendre crier qu’applaudir ». « Relâche vous conseille d’être des viveurs, car la vie sera toujours plus longue à l’école du plaisir qu’à l’école de la morale, à l’école de l’art, à l’école religieuse, à l’école des conventions mondaines. »

John Cage et Merce Cunningham revendiquent leur filiation (et celle de Fluxus) avec Dada et avec Picabia : voir à ce propos l’intéressant article de Carole Boulbès dans le n°409 de mars 2014 d’artpress : »Relâche, le remake, à Nancy » : http://www.artpress.com/article/21/02/2014/sommaire-du-ndeg409—mars-2014/29346

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

Pour un hommage à Satie: satie_picabia http://lesmaitresfous.blogspot.fr/2011_08_01_archive.html?m=1

Picabia encore en conclusion : « Changer d’idées comme de chemises pour les garder propres ».