Archives mensuelles : janvier 2014

Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

« Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée « Antagonismes »  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des  » Tagli (1958-1968) » à l’exposition collective « Antagonismes II l’Objet » au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.

Création d’un nouveau musée privé à Strasbourg

Vous avez dit Vaudou ? Plutôt inattendue la création à Strasbourg, du premier musée Vaudou d’Europe qui présente des objets de culte « devenus oeuvre d’art. Ce musée possède 220 pièces en exposition permanente. Ces fétiches et autres amulettes proviennent majoritairement d’Afrique mais pas seulement » :
http://www.boursorama.com/actualites/a-strasbourg-le-premier-musee-du-vaudou-d-europe-09ff624b70adbc0da045347a54aa0832

« Attention, vous ne verrez pas ici de poupées piquées d’aiguilles », prévient Marc Arbogast, qui amasse depuis 50 ans des objets vaudous africains. L’ancien PDG des brasseries Fischer et Adelshoffen a acquis puis rénové un ancien château d’eau à l’abandon, dont les cuves servaient autrefois de réservoir pour alimenter les locomotives à vapeur de la gare de Strasbourg, non loin de là  » :

http://m.nouvelobs.com/article/20140120.AFP8005/a-strasbourg-un-musee-prive-dediabolise-le-culte-vaudou.html#http://www.google.fr/search?hl=fr&redir_esc=&client=ms-android-hms-vf-fr&source=android-search-app&v=133247963&qsubts=1390763583633&q=mus%C3%A9e+vaudou+strasbourg&v=133247963

L’art « dégénéré » bientôt en ligne

La lettre d’information du célèbre magasine d’art brut Raw Vision, relaie l’information selon laquelle le Victoria et Albert Museum de Londres va mettre en ligne, vers la fin de ce mois,  le seul inventaire subsistant des œuvres qui ont été listées et qualifiées par le régime nazi de « dégénérées » et dont certaines ont été exposées lors de la fameuse exposition itinérante (1937/1938) sur l’art dégénéré, « Entartete Kunst ». Le régime nazi a ainsi répertorié 16 558 œuvres d’art qui furent ensuite vendues, prêtées ou détruites.

Pour en savoir plus sur cette future publication en ligne voir :

V &A to publish German 1941-1942 list of ‘Degenerate Art’ :  « Scholars internationally have used the document since its arrival at the Museum, and copies have been shared with institutions around the world. However, images of the original pages have not been available online so far. Martin Roth, V&A Director, said: “This list is so significant for all those who work in the field of provenance research. The recent Gurlitt case highlights how important it is for this original document to be made available in its entirety to as wide an audience as possible by publishing it online.” The document will be accessible on the V&A website from late January 2014. online »http://www.vam.ac.uk/b/blog/network/history-page-va-publish-german-1941-1942-list-degenerate-art-online

La liste en question inclut tout aussi bien Picasso que Van Gogh, et d’autres artistes de la collection d’art brut d’Hans Prinzhorn.  Psychiatre et historien d’art, Prinzhorn a constitué une importante collection d’art des « fous » : http://www.rzuser.uni-heidelberg.de/~gf7/index_eng.shtml

Adresse

La collection Prinszhorn, cachée et sauvegardée, a été redécouverte et exposée en 1963 par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Berne. Il considère  alors qu’il s’agit d’art psycho-pathologique.

Ce n’est pas la démarche qu’adoptera Jean Dubuffet, qui a constitué sa propre collection et qui crée le concept d’art brut, regroupant sous ce vocable les productions de personnes exemptes de culture artistique . C’est ainsi que des œuvres de sa collection personnelle seront présentées et exposées pour la première fois au musée des Arts décoratifs de Paris en 1967 à l’initiative de François Mathey.

1934 : André Parrot découvre le site de Mari

L’institut du Monde Arabe (l’IMA) organise avec l’aide du musée du Louvre, une exposition sur les fouilles du découvreur du site de Mari (Syrie) André Parrot.

Elle s’intitule  » VOUÉS À ISHTAR. SYRIE, JANVIER 1934, ANDRÉ PARROT DÉCOUVRE MARI  » et se déroule du 23 janvier 2014 au 4 mai 2014 :  « Après qu’en août 1933 des bédouins aient trouvé à Tell Hariri une statue de type sumérien, l’archéologue André Parrot est missionné par le musée du Louvre afin de mener une exploration qui devait conduire à une découverte majeure pour la connaissance des cités anciennes du Proche-Orient des IIIe et IIe millénaires av. J.-C. Au 31e jour de sa campagne, le 23 janvier 1934, André Parrot dégage la statuette d’un homme, représenté debout et les mains jointes, avec une inscription sur l’épaule qui le nomme Ishqi, roi de Mari. Ainsi était identifiée la ville qui allait être fouillée jusqu’en 2011 par une mission française puis franco-syrienne, conduite successivement par André Parrot, Jean-Claude Margueron et Pascal Butterlin. Au titre du partage des fouilles entre le musée du Louvre et les Antiquités de Syrie, la statue d’Ishqi-Mari échut au musée d’Alep. Sa mise en dépôt à l’Institut du monde arabe à l’occasion du réaménagent de son musée, a donné l’idée de célébrer le 80e anniversaire de la découverte du site en la réunissant avec les pièces aujourd’hui conservées au Louvre, elles aussi issues du périmètre du temple d’Ishtar, la déesse sémitique de l’amour et de la guerre. Ces œuvres, associées aux documents et photographies inédites prises à l’époque par les membres de la mission, font revivre les moments forts de cette histoire, tout autant scientifique qu’humaine ».

https://www.imarabe.org/exposition-ima-12328

André Parrot est une figure du musée du Louvre, le premier de ses conservateurs à avoir été nommé directeur de ce musée en 1968 (auparavant c’est le directeur des musées de France qui assurait de facto cette direction).

André Parrot est natif de Franche-Comté. Né en 1901 à Désandans (Doubs) et décédé en 1980 à Paris, cet archéologue français a dirigé des fouilles au Liban, en Irak et en Syrie de 1930 à 1964. Docteur en théologie (son père était pasteur protestant à Héricourt), il a été successivement chargé de mission au département des Antiquités orientales du Louvre en 1933, conservateur adjoint en 1937, conservateur en chef des Musées nationaux de 1946 à 1967. Il accède au nouveau poste de directeur du Musée du Louvre en 1968. Il achève son mandat en 1972. Michel Laclotte l’évoque dans son livre de souvenirs  (Histoires de musées : Souvenirs d’un conservateur, Paris : Scala, 2003).

 

De nouvelles sources d’archives

De nouvelles sources d’archives, susceptibles d’intéresser les chercheurs, ont été mises en ligne en ce début d’année :

 » Le marketing a une histoire. Désormais, un centre d’archives nationales lui est entièrement consacré : pour encourager l’émergence d’une école historique française en marketing et pour faire connaître à un large public la singularité du marketing en France, le Centre d’Archives Nationales du Marketing vient d’être créé. Le CANAM se donne pour ambition de rassembler des archives de particuliers mais aussi d’entreprises (annonceurs, agences de communication, instituts d’études…) et d’organisations professionnelles. La mission du CANAM consiste à rassembler, conserver et valoriser ces archives : […] Le CANAM regroupe actuellement plus de 3 000 ouvrages, 400 revues professionnelles, 1 000 documents, 800 rapports d’étude et 2 000 productions publicitaires (annonces, buvards, prospectus…) » :

Exemple d’une recherche avec les mots « Art » et « Thèse » : 26 résultats dont une thèse en cours intitulée :  Accès et possession : deux modalités d’expérience de consommation. Le cas des visiteurs d’expositions et des collectionneurs d’œuvres d’art contemporain

de Yu Chen, Thèse ( à HEC) en cours, mis en ligne le 01/01/2000
Dans le domaine plus classique de la recherche scientifique : le descriptif des Archives de la fondation Maison des sciences de l’homme est en ligne : http://archives.fmsh.fr/
Il comprend :
  • les archives institutionnelles de la FMSH et les fonds d’archives qui lui ont été confiés,
  • A noter les archives de Monique Morazé, animatrice de l’Association France-Union Indienne (AFUI), qui a partagé avec son époux, l’historien Charles Morazé, sa passion de l’Inde.Voir la vidéo du colloque consacré à Charles Morazé. Un historien engagé : Jeudi 20 mars 2008 : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1383/liste_conf.asp?id=1383

Enfin signalons la sortie des actes du colloque de 2011 portant sur  Les archives universitaires. De nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche, Éditions du Centre d’histoire du XIXe siècle, 2013, sous la direction de
Jean-Noël Luc, Stéphanie Méchine, Emmanuelle Picard

Vous y trouverez par exemple un article sur La mémoire de l’université de Picardie Jules-Verne : des archives du recteur fondateur aux archives administratives par Bruno Poucet : l’université située à Amiens a été fondée en 1968. Elle a été d’abord présidée par le recteur Mallet (1915-2002), écrivain, homme de lettres, professeur de littérature contemporaine, premier doyen de la faculté des lettres de Tananarive, nommé en juin 1964, recteur de l’académie d’Amiens, tout juste recréée.