Archives mensuelles : décembre 2013

Un catalogue d’exposition : pour quoi faire ?

Sous le titre provocateur suivant :
« Le Musée d’Orsay va-t-il tuer les catalogues d’exposition ? » La Tribune de l’art soulève une vraie question :
http://www.latribunedelart.com/le-musee-d-orsay-va-t-il-tuer-les-catalogues-d-exposition

 « Les grands musées parisiens, aux premiers rangs desquels le Louvre et Orsay, ont une responsabilité particulière envers les musées de région. Comment ceux-ci peuvent-ils demander à leurs autorités de tutelle les moyens nécessaires pour effectuer un travail scientifique, comment peuvent-ils justifier la publication de catalogues sérieux et témoignant d’un travail de fond si ceux qui devraient donner l’exemple faillissent à leur mission ? De ce point de vue, le Louvre est à peu près irréprochable. (…)Tout indique que cela se poursuivra avec Jean-Luc Martinez. Nous l’avons souvent écrit, et nous le redirons ici : un catalogue d’exposition n’est pas un livre comme un autre. Il a un rôle précis, celui de traduire par le verbe, pas uniquement par l’image, ce qu’était l’exposition, en apportant un maximum d’informations fiables sur les œuvres exposées et la raison de leur rassemblement, tout en faisant part des découvertes effectuées à l’occasion de la préparation de l’exposition. Il est tout ce qui reste après la fin de celle-ci. »

Je suis tout a fait d’accord avec ce point de vue. Les bons catalogues d’aujourd’hui contribuent aux recherches approfondies de demain. Dans les années 1970, à l’occasion de deux expositions du musée des Arts décoratifs, intitulées « pionniers du XXe siècle » qui portaient sur Gaudi, Guimard, Horta et Van de Velde, le critique Michel Ragon écrivait ceci : « voici le type même de l’exposition utile, appuyée par des catalogues qui demeurent des instruments de travail ».

La diversification des supports aujourd’hui ( dvd, audioguides, videos, internet,  journal virtuel ou papier d’exposition, etc..) permet d’ailleurs de satisfaire tous les publics : ceux qui veulent conserver une trace de l’exposition vue (ou pas vue hélas), ceux qui veulent un beau livre (pourquoi pas ?), ceux qui ne jurent que par les nouvelles technologies (il y en a qui contestent la pérennité du support papier) et ceux qui estiment à bon droit que les conservateurs et commissaires des musées et expositions temporaires (ou pas) concourent à un travail scientifique de mise en valeur du patrimoine. Enfin, cela va sans dire qu’il existe un public intermédiaire, entre le touriste, « obligé » par son tour opérateur d’enchaîner trois musées dans la journée et trois capitales européennes en une semaine, et les spécialistes en histoire de l’art : un travail sérieux devrait aussi lui être proposé.

Tout le monde a bien compris dans quelle concurrence acharnée les musées parisiens se sont lancés cet automne, décidés plus que jamais à attirer et à satisfaire le client. Les musées du XIXe siècle ont aussi par ailleurs souvent joué ce rôle d’initiateur .. au XIXe siècle !

http://www.musee-jacquemart-andre.com/sites/default/files/dp1_desirs_et_volupte_au_musee_jacquemart-andre_0.pdf

Certaines expositions importantes ont eu lieu ces temps-ci à Paris, en voici deux accompagnées de leur catalogue  :

L’Art en guerre, « L’exposition du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris montre comment les artistes ont modifié en profondeur les contenus et les formes de l’art en France de 1938 à 1947, dans un contexte menaçant d’oppression et de pénurie.  Près de 400 œuvres de plus de 100 artistes sont présentées en une dizaine de séquences fortes, complétées par de nombreux points documentaires et filmiques inédits »:

Félix Vallotton, le feu sous la glace
« Vallotton (1865-1925) est un artiste unique qui, bien que proche des nabis,
garde sa vie durant un style à la fois très personnel et résolument moderne.
Reconnaissables entre toutes, ses toiles se distinguent par des couleurs raffinées
et un dessin précis découpant la forme qu’il met également au service de la gravure ».

Félix Vallotton, La Loge de théâtre, le Monsieur et la Dame, 1909 Collection particulière © DR –

http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/felix-vallotton-le-feu-sous-la-glace#sthash.BQ6Bmxft.dpuf

Picabia, historien des années 1920

A l’occasion des 60 ans de sa mort, rééditition de l’unique roman de Francis Picabia : Caravansérail.

« Texte de référence épuisé depuis des années, Caravansérail est un roman autobiographique, mais aussi un document majeur où l’artiste règle ses comptes avec les principaux acteurs de dada, du surréalisme et du monde de l’art en général.  Publié à titre posthume en 1974, il était épuisé depuis les années 1980. Ce projet artistique, intellectuel et patrimonial apporte sur les années 1920 un éclairage historique jubilatoire et unique.  Unique roman de Francis Picabia, Caravansérail : tel est le sésame et l’ultime réponse de ce roman où il exprime l’essentiel de ses idées.  Texte autobiographique à clés et à tiroirs, Caravansérail se présente comme une série de tableaux évoquant avec causticité l’esprit d’une époque ».

Picabia en rupture avec les Surréalistes et Breton, crée ici un roman à son image : sa relecture finale n’aura pas lieu car Picabia ne trouve pas d’éditeur. Il abandonne ce texte et se lance en 1924 dans la création du Ballet « Relâche » révolutionnaire, une rupture créatrice dont les membres de Fluxus peuvent se réclamer.

Lire des extraits :
http://widget.editis.com/belfond/9782714456595/#page/1/mode/1up

A redécouvrir à cette occasion :

Christian Derouet, Francis Picabia ; lettres à Léonce Rosenberg 1929-1940, Cahiers du Mnam, 2000.


© Francis Picabia – la révolution Espagnole 1937 (huile sur toile)

Histoire d’archives : Michel Foucault chez les dominicains

C’est une histoire étrange et peu connue que celle des archives de Michel Foucault à la bibliothèque dominicaine du Saulchoir, que j’avais apprise du frère Albaric qui a contribué à la conservation des archives en question :

Les archives ont été rassemblées par le Centre Michel-Foucault et déposées à l’IMEC après avoir été conservées de 1986 à 1997 à la Bibliothèque du Saulchoir, à Paris :

 » En 1986, deux années après la disparition de Michel Foucault, fut créée à l’initiative de François Ewald, son assistant au Collège de France avec des amis et collègues (Sylvie d’Arvisenet, Maurice Blanchot, Pierre Boulez, Georges Canguilhem, Daniel Defert, Yves Duroux, Arlette Farge, Pierre Lascoumes, Michelle Perrot, Paul Rabinow, Christian Revon, Yves Roussel) l’Association pour le Centre Michel Foucault dans le double but de rassembler les travaux de Foucault et d’en permettre l’accès. Pour cette association loi 1901 à but non lucratif il s’agissait en effet de rassembler en un même lieu, l’ensemble des travaux de Michel Foucault, de ses entretiens qui étaient pour beaucoup éparpillés dans la presse, les revues françaises ou étrangères et les ouvrages collectifs ; il s’agissait aussi de retrouver les enregistrements sonores des nombreuses confèrences et des cours du philosophe ; en somme réunir l’œuvre dispersée plutôt que de constituer des archives Foucault. Seule la bibliothèque du Saulchoir où Foucault avait travaillé les dernières années de sa vie accepta d’accueillir ce fond ; gràce à l’association présidée successivement par Francois Ewald, Yves Roussel et actuellement Philippe Artières, la compétence de Michel Albaric et des autres bibliothécaires du Saulchoir, des centaines de chercheurs ont ainsi pu venir consulter ces documents de 1986 à 1998. »

http://michel-foucault-archives.org/?A-propos-du-centre-Michel-Foucault

En effet, « A la fin de sa vie, Foucault explore de nouveaux thèmes (le «souci de soi», la «vraie vie», le «courage de la vérité»), se passionne pour Tertullien, Cassien, saint Jean Chrysostome, le christianisme primitif, les techniques de la confession et de l’aveu, les exercices spirituels issus du concile de Trente » :

http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20131220.OBS0394/pourquoi-michel-foucault-est-partout.html

Cette bibliothèque des dominicains conserve également les archives de la revue L’art sacré, co-dirigée par les pères Couturier et Régamey après-guerre, ainsi que leurs archives personnelles : http://www.bibliothequedusaulchoir.org/French/catalogues/cat.html

A signaler une nouvelle publication sur Michel Foucault, issue des actes du Colloque de juin 2011:  http://gas.ehess.fr/document.php?id=252

« Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault » : voir sur le Carnet d’EMMA (Les Émotions au Moyen Âge ) :  http://emma.hypotheses.org/2126

L’artiste et le musée du mois : les parfums entêtants de Fernand Khnopff au musée des Arts décoratifs,1979

‎L’artiste fin de siècle Fernand Khnopff (1858 – 1921) célébré par le tout nouveau musée bruxellois ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1799) a fait l’objet en 1979/1980 d’une exposition itinérante, organisée avec le soutien du Ministère de la communauté française de Belgique (Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, du 18 janvier au 13 avril 1980 ; Hambourg,à la  Kunsthalle, du 25 avril au 16 juin 1980). Elle a été inaugurée à Paris, au Musée des Arts Décoratifs, du 10 octobre au 31 décembre 1979.

Un catalogue riche de 274 pages décrit les 150 œuvres exposées et commente les rapports entre « Fernand Khnopff et son temps ».

Les rapports entre l’artiste Khnopff et la ville de Bruges où il a vécu, sont évoqués dans un article de Robert Delevoy, paru dans L’ œil  (n° 291, Octobre 1979, p. 42-47 ).

Les critiques de l’époque notent que « Plus qu’ à Freud.. c’est à l’ésotérisme des Rose-Croix qu’il faut se référer pour mieux déchiffrer les œuvres de ce maitre du symbolisme belge » (Axelle de Gaigneron in  Connaissance des Arts, n° 333, Novembre 1979, p. 87-93 ). On retrouvera bien des années plus tard et de façon « décalée »  la même fascination mystique pour les Rose-Croix et leurs références au Graal, chez Yves Klein.

L’exposition de 1979 tente de recréer l’univers de Khnopff,  « qui essaie de dissoudre silencieusement la frontière entre réel et rêve » : elle bénéficie d’un environnement olfactif assez unique dans les scénographies contemporaines, qui recrée l’atmosphère des Salons de la Rose-Croix où exposait Khnopff : « Les salles d’exposition sont décorées de fleurs, parfumées d’encens, pendant que le spectateur pénètre dans les salles sur la prélude de Parsifal : A peine entré, je vois que je suis dans un Temple : clair-obscur et vapeurs d’encens […] L’une des œuvres que Fernand Khnopff expose au deuxième Salon de la Rose-Croix, I lock my door upon myself symbolise parfaitement cette notion de quête intérieure. La femme observe le spectateur mais semble abandonnée à ses pensées. La présence des trois lys qui sont de la gauche vers la droite : clos, épanoui et fermé, évoquent les différentes étapes de la vie. L’intérieur est envahi d’une atmosphère sinistre par la représentation du masque d’Hypnos (frère de Thanatos, symbole de la Mort), dieu du Sommeil, et renforcée par la fleur du pavot qui est la fleur somnifère.» in Axelle Huet,  » La notion de sacré à la fin du XIXe siècle, à travers l’exemple des salons de la Rose-Croix «  en ligne: http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/wa_files/AxelleHuet.pdf

L’exposition du musée d’Orsay,  » L’Ange du bizarre, Le romantisme noir, de Goya à Max Ernst » , du 5 mars au 9 juin 2013, a retracé notamment le parcours et la démarche de ces symbolistes belges baignant en pleine seconde révolution industrielle :

« Tandis que certains artistes tels Khnopff, Spilliaert et Klinger essaient de dissoudre silencieusement la frontière entre réel et rêve, on voit ressurgir chez Ensor, Stuck et Rops, en pleine époque de seconde révolution industrielle, les hordes fantastiques et bruyantes de sorcières, squelettes ricanants, démons informes, Satans lubriques, Méduses et autres Sphinx qui, loin de signifier un repli obscurantiste sur le passé, traduisent un désenchantement lucide, provocant et festif face au présent et affirment le désir de liberté créatrice face aux carcans de la bienséance bourgeoise. » http://www.cndp.fr/tdc/fileadmin/docs/Actualites/dp_ange_du_bizarre.pdf

 

 

Sources et veille : s’informer sur les expositions, les musées, en France et ailleurs

Deux sources qui permettent de s’informer sur l’actualité des musées et des expositions et qui peuvent ainsi participer à la veille sur ces sujets de recherche :

La lettre de Raphaël Pic : http://www.artaujourdhui.info/index.php

« L’Art Aujourd’hui est une société d’édition multimédia, créée à Paris en 2001 par des professionnels de la presse, de la communication et du marketing, à l’origine de nombreuses publications innovantes qui font toujours autorité dans leur domaine, tels Stratégies pour le monde de la communication, ou le Journal des Arts pour celui de l’art. »

Rédacteur en Chef, Rafael Pic : Expositions, musées, galeries, salons, enchères, livres, multimédia, l’Art en Europe et dans le monde. La lettre évoque de nouveaux musées en Europe :
– à Bruxelles, le musée  « fin de siècle » qui a ouvert le 6 décembre 2013 :
« Ces œuvres témoigneront de la multitude des disciplines artistiques entre 1868, date de la fondation de la Société libre des Beaux-Arts et 1914. Des peintres et des sculpteurs aussi renommés que Constantin Meunier, James Ensor, Henri Evenepoel, Fernand Khnopff, Léon Spilliaert ou encore Georges Minne témoignent de l’effervescence de cette période, qui s’est aussi manifestée dans tous les autres domaines de la création : littérature, opéra, musique, architecture, photographie ou poésie (Maurice Maeterlinck, Emile Verhaeren, Octave Maus, Victor Horta, Henri Van de Velde, Maurice Kufferath, Guillaume Lekeu, …). L’architecture Art Nouveau sera également évoquée, grâce à un outil de projection en 3D. Situé en plein cœur de Bruxelles, là où entre 1884 et 1914 les expositions des cercles Les XX et La Libre Esthétique ont fait de la ville l’une des capitales artistiques de la fin du XIXe siècle, ce musée se distinguera par son caractère pluridisciplinaire, grâce à un partenariat avec la Bibliothèque royale, le Théâtre royal de la Monnaie, les Musées royaux d’Art et d’Histoire, la Cinematek, la Bibliotheca Wittockiana et la Fondation Roi Baudouin, ainsi que la Région Bruxelles-Capitale dont le dépôt de la collection Gillion Crowet constituera l’un des points forts du parcours. »

musée fin-de-siècle museum – Every end is a new beginning.

Musée Fin-de-Siècle Museum
rue de la Régence, 3
1000 Bruxelles Site web http://www.fin-de-siecle-museum.be

– La fondation Arnaud qui ouvre un musée le 22 décembre 2013,  consacré à la la peinture du XIXe à Lens (Suisse) : http://fondationpa.ch/fr/100/homepage
La Tate Britain qui adopte une nouvelle présentation : http://www.tate.org.uk/
– La réouverture du Musée de Valence à compter du 14 décembre 2013.
http://www.museedevalence.fr/
La réouverture du Musée des  Beaux-Arts de Bordeaux le 19 décembre 2013.

http://www.musba-bordeaux.fr/

Plus pointu, pensé et critique, le blog bien connu des spécialistes, d’Élisabeth Lebovici, « Le beau vice » : http://le-beau-vice.blogspot.fr/?view=mosaic

Cette ancienne journaliste du quotidien Libération, titulaire d’une thèse de doctorat sur L’Argent dans le discours des artistes américains, 1980-81 à l’Université Paris X, est l’auteure de nombreuses monographies d’artistes et coorganise depuis 2006 le séminaire « Something You Should Know: artistes et producteurs » à l’EHESS, Paris.

Elle se fait l’écho notamment des rapports parfois malaisés entre recherche et musées, « au temps présent ». E. Lebovici note par exemple que le MoMA prend en compte les travaux de recherche les plus récents et modifient dans le cadre d’une prochaine exposition, ses cartels : le musée reconnaît ainsi l’apport des chercheurs, ce n’est pas toujours le cas ailleurs :

« Pour tenir compte de la recherche, qui  s’efforce de repenser l’histoire des représentations modernes au tamis des questions de genre et de sexualités, le musée a décidé de changer ses cartels pour une exposition à l’automne prochain et le fait savoir à celle qui a fait bouger les lignes. »

http://le-beau-vice.blogspot.fr/?view=mosaic#!/2013/12/qui-peur-des-etudes-de-genre-et-de.html