Archives mensuelles : novembre 2013

Les jouets au musée des Arts décoratifs « Parade » du 12 décembre 2013 au 11 mai 2014

LE MONDE DU CIRQUE,  LE MONDE DU THÉÂTRE :
http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-galerie-des-jouets-607/parade/

« Trente ans après Le cirque et le jouet, une exposition présentée au musée des Arts Décoratifs, Parade met en scène des jouets liés au monde du spectacle. Deux univers très différents sont à découvrir : celui du cirque et celui du théâtre. Ces lieux du divertissement populaire et de culture ont été, dès la fin du XIXe siècle, une source d’inspiration pour les fabricants qui ont développé une gamme de jouets inventive et toujours renouvelée, célébrant l’extraordinaire et la malice ainsi que la tradition et l’innovation. Principalement issus des collections des Arts Décoratifs et datés de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui, deux cents objets seront exposés, enrichis par le prêt d’une collection de clowns mécaniques. L’exposition propose également une sélection d’œuvres d’artistes, plasticiens, photographes et réalisateurs, dans lesquelles la figure du comique et l’image animée nous replongent en enfance, parfois avec une inquiétante étrangeté. Pour mettre en scène ces univers festifs, l’artiste Jean-François Guillon crée des dispositifs ludiques mêlant jeux de typographies et de lumières, jeux de mots et de silhouettes. Il réalise pour cette exposition deux installations (un théâtre d’ombres animées, une installation vidéo) et une œuvre sonore. »

Trente ans après « Le cirque et le jouet »  : c’est effectivement en 1984-1985 (18 octobre 1984-14 janvier 1985) que Monica Burckhardt organisait une exposition sur ce thème. La bibliothèque des Arts décos garde trace de cette exposition dans les albums Maciet, Collection iconographique Maciet – Mélange d’estampes, de photographies et d’impressions photomécaniques, qui sont librement consultables sous cette cote : Expositions UCAD. 1984-1987, Maciet 309bis/51.

La richesse et la diversité des expositions temporaires listées au cours de ces années-là, (qui correspondent aux dernières années de direction de François Mathey et aux premières années de direction d’Yvonne Brunhammer ) sautent aux yeux :  L’empire du bureau ; Le cirque et le jouet ; Orfèvrerie française ; Maggi Kub Maggi pub ; Photographie publicitaire au Japon ; Jean Amado ; Félicien Rops ; Bénédictus ; Diego Giacometti ; Mayo peintures ; Statue de la Liberté ; Daniel Buren.

Il peut être rappelé que dans les années 1960, une exposition « Jeux et jouets » est d’ores et déjà organisée au musée, du 10 décembre 1965 au 31 janvier 1966. Elle rencontre un certain succès (27 409 visiteurs) et une bonne presse. Mais, faute de moyens pour la mettre en valeur, la collection permanente reste en sommeil jusqu’à la création d’un département ad hoc qui n’intervient qu’à la fin des années soixante-dix. François Mathey nomme à sa tête Monica Burckhardt, qui réalise entre-temps de nombreuses expositions.  Elle est commissaire de la première exposition sur « Les jouets de RDA organisée d’octobre 1973 à janvier 1974 (« les jouets du musée de Sonneberg. » ) Il s’agit d’une exposition diplomatique organisée avec l’Allemagne de l’Est.  La galerie des jouets naît véritablement en 1975. Elle présente l’exposition des « Jouets américains de la petite enfance, 1925-1975 », du 16 novembre 1977 au 16 janvier 1978 ; les « Jouets traditionnels du Japon », du 28 octobre 1981 au 3 mars 1982 puis « Les jouets français » en 1982. Cette galerie va ensuite organiser de multiples expositions et bénéficier de dons nombreux, notamment d’entreprises privées. Cette collection rassemble actuellement plus de 14 369 jouets, jeux et iconographie, datant du XVIIe siècle à aujourd’hui.

A découvrir la richesse des collections permanentes de jouets :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/spip.php?page=recherche&id_secteur=1&recherche=jouets&x=0&y=0

La bibliothèque des Arts décos et ses fameux albums Maciet avec Alin Avila : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/bibliotheque/decouvrez-la-bibliotheque-en-video

A la une, un jouet Vilac exposé au musée en 2011 : La voiture à Raphaël, Hervé Di Rosa (né en 1959), créateur; Vilac, fabricant, France, 1997, bois peint, laqué, caoutchouc, métal. Collection Les Arts Décoratifs :

http://www.vilac.com/fileadmin/templates/vilac/medias/Arts_Deco.pdf

Vite, vite, à la Gaîté Lyrique ! Stefan Sagmeister, The Happy Show à la Gaîté lyrique, du 28 novembre 2013 au 9 mars 2014

stefan-sagmeister-vous-propose-un-bonheur-sans-limiteStefan Sagmeister (1962)  avait investi il y a deux ans au musée des Arts décoratifs . Stefan Sagmeister revient à Paris pour une expérience particulière : définir, mesurer et, si possible, accroître le bonheur des visiteurs de sa nouvelle exposition intitulé « Un bonheur sans limite », à la Gaîté Lyrique. » La Gaîté lyrique vous entraîne dans l’exploration d’un bonheur sensoriel et intellectuel avec, pour guide, Stefan Sagmeister« .

« Stefan Sagmeister , américain d’origine autrichienne,  a été formé à l’université des arts appliqués de Vienne et à l’Institut Pratt (établissement d’enseignement supérieur privé de la ville de New York). Il est connu pour ses pochettes de disques (Lou Reed, les Rolling Stones ou David Byrne), pour son livre à roulettes BMW, ainsi que pour les logos évolutifs de Levi’s à New York ou de la Casa da Musica à Porto ».

Il s’agit là d’un nouveau lieu d’exposition à Paris. L’équipe de la Gaîté Lyrique s’est installée  dans un ancien théâtre datant du XIXe siècle qu’elle fait revivre depuis très peu de temps :

« Au début des années 1980, le dôme magistral de la salle menaçant de s’effondrer, on dût se résoudre à bétonner une partie de la grande salle. Elle fût bientôt détruite dans le cadre du projet de parc d’attraction Planète Magique, imaginé par le créateur de dessins animés Jean Chalopin. Les difficultés techniques eurent raison de ce parc qui n’ouvrit que quelques semaines en 1989. Depuis, la Gaîté lyrique était en sommeil ; la poussière recouvrant peu à peu ce lieu central de la vie culturelle parisienne. Jusqu’à ce qu’en 2002, la Mairie de Paris décide d’y implanter un nouvel établissement culturel destiné aux cultures numériques et aux musiques actuelles.
Une équipe menée par Pierre Bongiovanni s’y installe alors et y mène, d’octobre 2002 à avril 2004, une politique d’animation du lieu dans le bâtiment comme hors-les-murs. Pendant la première Nuit Blanche, la Gaîté lyrique est même investie par un géant grâce à une installation de vidéoprojecteurs de l’artiste Samuel Rousseau.

Parallèlement, en décembre 2003, le cabinet Manuelle Gautrand Architectes se voit attribuer la maîtrise d’ouvrage suite à l’appel à candidature organisé par la Mairie de Paris. Le projet, tout en étant innovant, respecte les parties historiques du bâtiment (la façade, l’entrée et le foyer qui seront restaurés) et entend proposer un bâtiment dont les équipements constituent une véritable « boîte à outils » modulable, au service des artistes ». http://www.manuelle-gautrand.com/projects/gaite-lyrique/

Le site de Sagmeister, designer graphique et typographe.

L’ Armory Show a cent ans : 2 journées d’études pour cet anniversaire

L’Armory Show a cent ans : deux journées d’études sont organisées sur ce thème dans l’auditorium du musée d’Orsay à compter du 6 décembre 2013. On célèbre à New York le centième anniversaire de l’Armory Show, la plus grande exposition jamais organisée aux États-Unis (1400 œuvres), encore considérée comme un événement central de l’histoire de l’art américain et des échanges culturels France- États-Unis. Les œuvres impressionnistes, fauves et cubistes présentées au public américain pour la première fois avaient fait scandale. Des chercheurs français et américains commenteront la prophétie de Matisse : « un jour, ils auront des peintres ».
A noter l’ intervention sur « Les malentendus de l’Armory Show  » de Didier Ottinger, directeur adjoint, Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou : « Considérée comme l’acte de naissance de la modernité picturale américaine, l’Armory Show a incontestablement été à l’origine d’une révolution. L’exposition, qui visait à desserrer l’étau d’un académisme américain incarné par la National Academy of Design, s’est retournée contre ses initiateurs. Il faudra attendre les années soixante pour que se referme la parenthèse d’une modernité confondue avec le formalisme des peintures de Duchamp, Picasso et Matisse qui ont fait le succès de l’Armory Show. »

Conférence  » Les carnets de Maryan » : se cracher sur une toile et dessiner son être négatif.

AU Mahj, le mercredi 4 décembre 2013 à 19 h 30, Les carnets de Maryan, par Gérard Wajcman, écrivain, psychanalyste, maître de conférences au département de psychanalyse de l’université Paris VIII, directeur du Centre d’étude d’histoire et de théorie du regard : « Dans l’art pariétal, il y a ce qu’on nomme les mains négatives. L’artiste collait sa main sur la paroi et crachait la couleur contenue dans sa bouche. Il y a quelque chose comme ça chez Maryan. Pas peindre simplement, comme tout le monde, avec ses souvenirs, son histoire, ses pensées intimes, mais peindre avec son corps, ce qui l’habite, tout ce qu’il contient, se cracher sur une toile et dessiner son être négatif. »G.W. »

Maryan-Dessin-du-carnet-n-2
Maryan
Dessin du carnet no 2, 1971
Encre de Chine sur papier
Paris, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne/Centre de création industrielle, don de Annette M. Maryan en 2012
© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais /Philippe Migeat.

Sur le site de la galerie Claude Bernard, 53 gouaches ou pastels à découvrir, des années 1950 aux années 1970.

« Spazi-aree » d’Agostino Osio : vernissage à l’Institut culturel italien à Paris

L’Institut culturel italien à Paris inaugure le samedi 30 novembre 2013 de 18h à 20h,
l’exposition « Spazi-aree » d’Agostino Osio, en présence de l’artiste
et de Chiara Bertola, commissaire de la Fondazione Querini Stampalia de Venise.

« Agostino Osio présentera les œuvres réalisées pendant sa résidence à l’Hôtel de Galliffet. Depuis quelques temps, la ville avec ses formes et ses architectures  est devenu le principal sujet d’investigation du photographe ».

Réservez vos places ici.

Le site d’Agostino Osio : http://www.osio.it/