Archives mensuelles : juillet 2013

Biennale 1957 au musée des Arts décoratifs, Paris : une première Biennale des jeunes artistes oubliée

La création d’une Biennale des jeunes artistes à Paris se déroule pour la première fois au musée des Arts décoratifs, au Pavillon de Marsan (au palais du Louvre) en 1957. Toutefois cette manifestation favorable à la nouvelle école de Paris, va être effacée de l’histoire des Biennales qui seront organisées et racontées par Raymond Cogniat au début de la Ve République. Cette première expérience s’avère pourtant riche d’enseignements sur les rapports entre les pouvoirs publics et les artistes vivants, et mérite à ce titre d’être commentée. Ses modalités d’organisation, qui écartent toute sélection réelle et son échec relatif, vont servir de leçons aux futurs organisateurs de manifestations similaires, comme Raymond Cogniat et François Mathey, conservateur musée des Arts décoratifs et promoteur de l’art vivant.

L’article est disponible sur les archives ouvertes Hal SHS.

 

Sortie d’area revue)s( N°28 : Danser acte visible de la vie

INVIT_AREA_28L’Etat et L’économie de la Danse , Clés et enjeux d’une politique pour la danse aujourd’hui.

 « D’offre et de demande », entretien de Brigitte Gilardet avec Patrick Germain-Thomas, Arearevue)s(, « Danser, acte visible de vie », n°28, p. 148-149, juillet 2013.
Patrick Germain-Thomas, chercheur, économiste et grand amateur de danse contemporaine, a soutenu une thèse en sociologie à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, intitulée Politiques et marchés de la danse contemporaine en France (1975-2009). En 2012, il a publié un ouvrage aux Éditions de l’Attribut : La danse contemporaine, une révolution réussie ? Manifeste pour une danse du présent .

Autre article : “Lever les voiles “, entretien de Frédérique Le Graverend avec Laure Guibert, Arearevue)s(, « Danser, acte visible de vie », n°28, p. 20-25.
Laure Guibert, Historienne, s’est plongée dans la période sombre des années 1930 pour étudier la relation entre les danseurs et le troisième Reich, un espace de recherche neuf.

The state and the economy of the Dance, Keys and issues of a policy for the dance of  today.
« On supply and demand », interview of Patrick Germain Thomas by Brigitte Gilardet, Arearevue)s(, » Dancing, visible act of life « , N°28, p. 148-149, July 2013.

Patrick Germain-Thomas, researcher, economist and devotee of contemporary dance, has completed a thesis in sociology at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, titled Policies and markets of contemporary dance in France (1975-2009). In 2012, he published a book  with Editions de l’Attribut :  Contemporary dance, a successful revolution ? Manifesto of dance in the present and in the future.

Another article :  » Set sail « , interview of Laure Guibert by Frédérique le Graverend,   Arearevue) s , « Dancing, visible act of life », N° 28, p. 20-25.

Laure Guibert historian immersed herself into the dark days of the years 1930 to investigate the relationship between the dancers and the Third Reich, a new area of research.

Stato e l’economia della danza le questioni chiave delle scelte politiche per la danza, oggi. « Sulla domanda e l’offerta », intervista di Brigitte Gilardet a Patrick Germain Thomas) « Arearevue) s (« , « Danza, atto visibile della vita », n° 28, p. 148-149, luglio 2013. Patrick Germain-Thomas, ricercatore, economista e appassionato di danza contemporanea, ha redatto una tesi in sociologia presso l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : Politiche e mercati dell danza contemporanea in Francia (1975-2009). Nel 2012 ha pubblicato un libro con Éditions de l’Attribut :  Danza contemporanea, una rivoluzione di successo? Manifesto per una danza del presente e del futuro.

Un altro articolo: « alza le vele », intervista di Frédérique Le Graverend a Laure Guibert) « Arearevue) s (« , « Danza, atto visibile della vita », n° 28, p. 20-25 . Laure Guibert ricercatrice di storia si è immersa nei giorni bui degli anni ’30 per studiare il rapporto tra i danzatori e il Terzo Reich, una nuova area di ricerca.

http://www.areaparis.com

 

Peter Schöttler, La Zeitgeschichte allemande, entre révisionnisme, conformisme et autocritique

 » Quand on évoque  l’historiographie allemande du XX e siècle, deux mots allemands apparaissent : « Alltagsgeschichte », pour désigner l’équivalent allemand de la microhistoire des années 1980-1990, et « Zeitgeschichte », pour désigner une approche précoce et spécifique « du temps présent » du très contemporain, qui nous intéresse plus particulièrement. Revenons aujourd’hui sur les grands traits de sa construction. La Zeitgeschichte serait née dans les années 1945-1950 comme réponse historiographique à la disparition du nazisme, par une sorte de réaction réfléchie et presque logique, se traduisant par la création d’institutions, d’archives et de revues fondées sur un consensus plus ou moins large. Or la réalité est moins brillante. »

 

 Lire la suite :

Peter Schöttler, « La Zeitgeschichte allemande. Entre révisionnisme, conformisme et autocritique », Écrire l’histoire, n° 11 – printemps 2013, p. 61-68

https://sites.google.com/site/ecrirelhistoire/

Comprendre les musées du XXe siècle : François Mathey à l’Union Centrale des Arts décoratifs.

Communication de B. Gilardet du 15 mars 2011, à l’INHA (salle EPHE) au séminaire  » Histoire des institutions et acteurs culturels au XXe siècle » dirigée par Agnès Callu.

« François Mathey (1917-1993) a été le conservateur en chef du musée des Arts décoratifs de Paris de 1967 à 1985. Il a débuté son activité au sein de ce musée dès 1953. Son action, aujourd’hui relativement méconnue, a été particulièrement marquante et singulière, des années 1950 jusqu’au milieu des années 1980. Il a en effet réalisé plus de 350 expositions, essentiellement tournées vers l’art contemporain, l’art vivant, alors que cela ne semblait pas être la vocation première de son musée. Une approche biographique et chronologique de cet acteur du monde culturel français d’après-guerre a permis de balayer tous les champs de la création (peinture, sculpture) mais aussi les nouveaux modes d’expression qui ont conquis leur légitimité comme le cinéma, la photographie, la BD ou le design. Car au sein de son musée, F. Mathey expose avant tout le monde tous les modes d’expression les plus marginaux comme l’art populaire, l’Art brut, l’art éphémère, à une époque où les centres pluridisciplinaires comme le Centre Beaubourg n’existent pas encore.

Le lieu d’exercice des activités de F. Mathey est en soi un « acteur principal » qui épaule son action. L’Union Centrale des Arts Décoratifs (UCAD) est une institution privée qui s’inscrit dans le paysage muséal parisien, au sein du Palais du Louvre, au Pavillon de Marsan depuis 1905. L’UCAD englobe à la fois un musée mais aussi une bibliothèque et des écoles d’enseignement artistique. Si l’histoire de l’UCAD a été longuement étudiée s’agissant de ses origines et de son champ de compétence avéré (les Arts décoratifs), la période considérée est moins bien connue. Elle correspond pourtant (du moins entre 1965 et 1975) à un moment de son histoire particulièrement crucial s’agissant de ses rapports avec l’État, qui mérite d’être tout particulièrement étudié. Plus qu’une toile de fond, ces relations influencent directement les activités de François Mathey et jouent un rôle capital dans le développement de son action. Il va incarner pendant plus de trente ans la politique de son musée et participer de façon décisive à l’évolution institutionnelle de l’UCAD. »

Actes du séminaire, ouvrage collectif à paraître fin 2015. http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique206&lang=fr.html

 

L’action originale de François Mathey en faveur de la démocratisation culturelle dans le domaine des musées (1953-1985)

Communication de B. Gilardet du 11 Fév. 2013 à SC. PO

La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine L’action originale de François Mathey en faveur de la démocratisation culturelle dans le domaine des musées (1953-1985).

Résumé: la communication a porté sur l’action du conservateur en chef du Musée des Arts décoratifs, François Mathey (1917-1993) en faveur de la démocratisation culturelle. Son action se distingue en effet dès 1953 par la mise en place d’une éducation artistique en faveur des moins de treize ans (« Les ateliers des moins de treize ans »). Il mène ensuite jusqu’en 1985, une politique offensive de diversification des expositions temporaires qui contribue à rajeunir et à diversifier les publics. Il participe activement aux premières enquêtes menées sur la fréquentation des musées. Il se mobilise pour rendre les collections permanentes dont il a la charge, accessibles au plus grand nombre en les confrontant, sans hiérarchie des genres, à des modes d’expression contemporains et en légitimant certaines expressions artistiques aujourd’hui banalement accueillies au musée : l’art brut, l’art populaire, la photographie, le cinéma ou la bande dessinée et les arts graphiques. Le Pavillon de Marsan accueille très tôt d’autres modes d’expression (théâtre, happenings, festivals) et devient un centre d’interdisciplinarité artistique, bien avant l’émergence des Maisons de la culture ou du Centre Beaubourg.  L’objectif est de mieux faire connaître l’action relativement méconnue de F. Mathey, précurseur dans le domaine des musées.

Une histoire de la démocratisation culturelle et de ses mises en œuvre politiques est-elle possible ? C’est la réflexion que le séminaire du Comité d’histoire du ministère de la culture a souhaité poser en 2012. Actes du séminaire à paraître en 2014.