Archives pour la catégorie Veille juridique

Musées ; archives; artistes et droit(s)

Histoires d’œils, de copies et d’authentiques

event-close-examination-fakes-mistakes-wide-bannerHistoires d’œils, de copies et d’authentiques : ces thèmes sont d’actualité. Signalons tout d’abord l’ouvrage  Histoires  d’œils, de Philippe Costamagna : « C’est un livre ami du désordre et de l’Italie, posé mais un peu fou quand même. On y parle de peinture et d’argent, d’érudits parfois bandits, mais aussi de Raphaël, de doigts de pieds christiques, de garagistes et de révélations. Philippe Costamagna est un « œil », un spécialiste du regard, l’homme qui confirme les attributions, déniche des auteurs aux tableaux oubliés, débusque les faux, tire une œuvre de l’obscurité ou l’y replonge. Révélation, intuition, coup de génie : la profession a ses légendes. Elle a aussi ses héros et ses fondateurs ».

 Moins consensuel mais aussi intéressant, une vingtaine de  pages  figurant dans un roman intitulé « Faussaire » de Jules-François Ferrillon. Un vrai faux roman ? L’auteur parle de « narration falsifiée » :  « je montre dans le livre comment on fait des faux, non du XIXème siècle, car c’est assez facile à faire ; peindre des Matisse et des Chagall ce n’est pas compliqué, mais faire un Caravage ou un Titien c’est déjà plus complexe ; cela pose une question : est-ce qu’il y a un être unique, un génie qui a fait des tableaux comme on nous le fait croire ? Non ça s’apprend, c’est une technique ». 

Les thèmes du vrai, du faux, de la copie et du pastiche, sont souvent abordés dans les expositions temporaires. Ainsi en 2010  à Londres, l’exposition intitulée « A la loupe : faux, erreurs et découvertes » Close Examination : fakes, mistakes & discoveries ») à la National Gallery, illustre par des exemples concrets les différents cas de figure.

Le sujet semble aussi d’actualité s’agissant  du mobilier, comme le rappelle la Une du dernier Journal des Arts. Il aborde également le rôle des experts en quête de reconnaissance. Il se fait l’écho enfin du colloque Art et Droit qui s’est tenu à l’INHA en mai dernier et qui a permis de faire le point sur les comités d’artistes et les certificats d’authentification.

Exposer l’internationale situationniste (IS)

Un documentaire du Centre d’histoire sociale d’une  durée de 54 mn, richement illustré par sa réalisatrice, Jeanne Menjouletdonne la parole 9782130619703_v100à Anna Trespeuch-Berthelot qui raconte l’histoire de l’IS et de sa réception, relatées dans son ouvrage : L’internationale  situationniste. De l’histoire au mythe (1948-2013).L’historienne fait allusion à trois expositions temporaires consacrées à ce mouvement, incarné notamment par Isidore Isou, lettriste, Asger Jorn , Constant, Raoul Vaneigem et Guy Debord.

Une exposition de 1989 au Centre Pompidou,  intitulée « Sur le passage de quelques personnes sur une assez courte unité de temps : à propos de l’internationale situationniste ».

Du 22 novembre 2003 au 29 février 2004, l’exposition  « Après la fin de l’art (1945-2003) » organisée par le musée d’art moderne de Saint-Étienne y rassemble tout ce qui a pu, depuis l’après la guerre constituer « l’aventure des avant-gardes de la « fin de l’art » ». Paris musées

Un ouvrage, « Figures de la négation », est publié par Paris musées : il est la prolongation, sous forme de livre, de la réflexion abordée lors de cette exposition, « Une étude des « avant-gardes du dépassement de l’art » que furent l’Internationale Situationniste, l’Internationale Lettriste (et les mouvements satellites) à travers leurs protagonistes principaux : Guy Debord, Asger Jorn, Gil Wolman

expo deborddebord

Enfin, l’exposition de la BnF (intitulée Guy Debord. Un art de la guerre”),  du 27 mars 2013 au 13 juillet 2013, organisée à l’occasion de la patrimonialisation des archives de Guy Debord déclarées « trésor national « , aujourd’hui déposées à  la BnF alors qu’elles étaient convoitées par l’université de Yale :

Considérant que les biens pour lesquels le certificat d’exportation est demandé sont un ensemble exceptionnel d’archives personnelles de Guy Debord (1931-1994), essayiste et réalisateur français, principalement connu pour avoir été le fondateur de l’Internationale situationniste, mouvement de pensée avant-gardiste dans le sillon des courants dadaïste, surréaliste et lettriste ; que cet ensemble est composé de manuscrits et de documents divers, triés et organisés par Guy Debord, qui n’a conservé que les pièces considérées par lui comme essentielles pour la compréhension de son œuvre ; que les dossiers constitués contiennent l’ensemble des états préparatoires puis définitifs de ses œuvres, des premiers jets sur fiches jusqu’aux épreuves corrigées, en ce qui concerne les ouvrages, et au découpage, en ce qui concerne les films, notamment pour son ouvrage majeur, La Société du spectacle (1967) ; que ces archives, couvrant les années 1950 à 1994, sont demeurées encore largement inexploitées et représentent un matériel précieux pour la recherche ; que ces documents, qui illustrent le processus créatif complet de la pensée de l’auteur, permettent d’appréhender sa façon assidue de travailler, sa grande érudition et son style, héritier des plus grands classiques, mis au service de son analyse critique de la société moderne ; qu’il faut souligner la rareté d’un tel fonds intégral, resté dans un parfait état de conservation, dans la mesure où il n’en existe aucun dans les collections publiques françaises recouvrant si largement un même courant de pensée ; que cet ensemble s’avère unique pour l’étude de la genèse de l’œuvre de Guy Debord, l’un des penseurs contemporains les plus importants, et capital dans l’histoire des idées de la seconde moitié du xxe siècle ;
Qu’en conséquence cet ensemble d’œuvres présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considéré comme un trésor national « .

« Classées en janvier 2009 trésor national, les archives de Guy Debord (1931-1994) ont rejoint les collections du département des Manuscrits de la BnF. Bruno Racine, président de la BnF, se réjouit « d’accueillir au sein des collections patrimoniales un penseur dont l’œuvre théorique et poétique a profondément influencé le dernier demi-siècle. La générosité de nos mécènes et le soutien du ministère de la Culture et de la Communication nous permettent de faire aujourd’hui cette exceptionnelle acquisition. » « Bien sûr, l’exposition ne pouvait pas manquer de soulever des sarcasmes quant à la récupération, l’édulcoration, la stérilisation, la fétichisation, la réification… de la pensée situationniste.”

A signaler également l’ouvrage de Fabien Danesi paru en 2008,

 Le Mythe brisé de l’Internationale situationniste. danesi_F

L’aventure d’une avant-garde au cœur de la culture de masse (1945-2008).

 

 

Quand les chambres de commerce ont leurs musées

Le Génie de la Fabrique - 22.05.2015 au 31.12.2016

Le Génie de la Fabrique – 22.05.2015 au 31.12.2016 au musée des Tissus de Lyon.

Selon le magazine « Connaissances des arts « , deux  musées appartenant à la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon menacent de fermer faute de moyens : le musée des Tissus et le musée des Arts décoratifs.  Ils sont, semble-t-il, méconnus. Pour les découvrir, voir leur site internet commun, ici.

« D’un côté, deux millions et demi (!) de tissus récoltés sur toute la planète, de l’Egypte ancienne aux créations contemporaines du Japon. La plus importante collection de textiles du monde. De l’autre, des objets d’art européens et d’Extrême-Orient, des meubles d’Oeben, Topino, Riesener ou des Hache, et un ensemble unique de majoliques réuni par la famille Gillet [active dans l’industrie textile et chimique ] .

Pourquoi, un siècle et demi après leurs créations, ces deux musées sont-ils menacés ? Qui faut-il blâmer pour une situation aussi grave ? La Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, propriétaire des lieux et des collections ? Depuis la perte de 20 % des taxes versées par les petites entreprises et les PME au profit de l’État (un tiers de son budget), elle est devenue aussi impécunieuse que ses consœurs  (la Chambre de Commerce de Rouen a du vendre les meubles 1950 d’André Arbus et Jacques Adnet de son Palais des Consuls). Pour ses deux musées, elle a besoin d’un million et demi d’euros par an, leur cherche un avenir mais ne trouve pas d’interlocuteur volontariste. »

La chambre de commerce cherche un repreneur : « La communauté urbaine de Lyon, où sont implantés ces deux musées ? La deuxième métropole de France a déjà hérité du musée des Confluences et  son musée des Beaux-Arts, déjà à l’étroit dans le Palais Saint-Pierre, ne pourrait pas exposer en permanence ces trop nombreux trésors.  

Lyon, la ville des canuts et des soyeux, ne peut pas laisser partir cet ensemble inestimable. Après la Première Exposition Universelle de Londres en 1851, les fabricants de Lyon ont fait confiance en leur ville et ont voulu y garder leurs productions, donnant leurs plus beaux échantillons. Un acte aussi généreux pourrait-il être aujourd’hui rayé d’un trait ? ».

Héritières des bureaux de Commerce, parfois très anciens, ces chambres ont été créées  en 1898, sont devenues des « établissements publics économiques », elles sont chargées de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de service.  Elles gèrent communément des aéroports, des ports, des gares routières, des ponts à péage, des zones industrielles, des entrepôts, des halles des bourses et des écoles de formations.

Les entreprises sont à la source de leur financement, par voie de cotisations obligatoires prélevées grâce à des taxes additionnelles à l’impôt. La suppression de la taxe professionnelle et les allègements fiscaux décidés par l’Etat et dont bénéficient les petites entreprises et les PME,  touche donc les revenus perçus par ces chambres.

Dotées souvent d’un patrimoine à la fois immobilier et mobilier très important, elles ont pu, comme c’est le cas à Lyon, accueillir à la demande des industriels,  des collections dignes des musées, liées à l’essor de leurs activités au XIXe siècle.

Certains industriels lyonnais ont fait le choix de donner à la municipalité de Lyon, leurs collections personnelles comme l’industriel Émile Guimet dont les objets  se retrouvent pour partie au sein du musée des Confluences , une autre partie de sa collection est visible à Paris, au musée des arts asiatiques.

votrecci_n4_musee_marine

Il convient de rappeler que d’autres chambres de commerce gèrent des musées, comme la chambre de commerce de Marseille (la CCIMP) et son Musée de le Marine et de l’Economie  qui en rappelle ici  l’histoire :

« La CCIMP est considérée comme la chambre de commerce la plus ancienne au monde. En 1599, les échevins de Marseille décident de former un Bureau du Commerce chargé de veiller aux intérêts du négoce maritime […]. Le musée est né du fait, qu’à la fin du 19ème siècle, le public et la presse locale se sont émus de la disparition progressive de la marine à voile. De nombreux témoignages (gravures, médailles, maquettes…) sont alors rassemblés et exposés en 1913 dans une salle du Palais de la Bourse. En 1934, cet espace d’exposition s’agrandit et devient le Musée d’Histoire de la Chambre de Commerce. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections sont dispersées et, bien qu’ayant subi quelques pertes, elles sont exposées à la Libération […] . Dans les années 1980, déplacé dans l’aile Est, le musée est repensé et devient le Musée de le Marine et de l’Economie« .

Ce musée a présenté plusieurs expositions temporaires : « Ces événements sont l’occasion de présenter des archives, des documents imprimés ou des objets issus des réserves, de mettre en place des partenariats et de faire connaître Marseille et la CCIMP, via son patrimoine, à travers le monde ou simplement dans sa région. Des villes comme New York, Los Angeles, Alexandrie, Gênes ou Stockholm ont accueilli ces expositions ».

 

Jamais un coup de dés..trésor national

Mallarme1

« Marcel Broodthaers considère  Mallarmé comme « le fondateur de l’art contemporain ». Il voit dans le poème-partition Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, le traité de l’art déhiérarchisé propre à notre temps ». Plusieurs expositions ont fait référence  à ce poème et à son auteur :

– Hommage à Mallarmé en 2005 au musée des Beaux arts de Nantes ( « Mallarmé l’action restreinte »).

–  en 2013 lorsque les 50 centres d’art  ont salué la décentralisation culturelle.

L’unique  manuscrit qui subsiste de ce texte vient d’être consacré trésor national

« Un manuscrit autographe de Stéphane Mallarmé, Jamais [sic] un coup de dés n’abolira le hasard, encre noire avec indications typographiques au crayon bleu et pagination au crayon rouge sur papier quadrillé, 24 pages en 12 f. in-4°, 1897,

La commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 21 octobre 2015,

Après en avoir délibéré ;

Considérant que le bien pour lequel le certificat d’exportation est demandé est un rare manuscrit d’un poème emblématique écrit par le chef de file de la poésie symboliste, Stéphane Mallarmé (1842-1898) ; que la première publication de ce poème, qui représente une forme d’aboutissement des recherches de Mallarmé pour concevoir un texte total, intervenue en 1897 dans la revue internationale Cosmopolis, a été considérée comme insatisfaisante par le poète en raison de difficultés techniques ayant empêché l’unité de lecture voulue ; que ce manuscrit, fixant le texte et sa disposition avec un luxe de détails, constitue la forme définitive élaborée ensuite la même année par Mallarmé dans la perspective d’une édition commandée par Ambroise Vollard et devant être illustrée de gravures d’Odilon Redon ; que cette maquette de la mise en page précise devant être imprimée par Firmin-Didot a été calligraphiée à l’encre et semée d’indications typographiques au crayon à l’intention de l’imprimeur par le poète lui-même ; que cette œuvre exigeante est restée en suspens, compte tenu de l’impossibilité de sa validation par l’auteur puisque le travail de préparation de l’impression a été interrompu par la mort brutale de Mallarmé ; qu’il s’agit de l’unique manuscrit subsistant, celui livré pour Cosmopolis ayant disparu, de ce texte qui ne sera finalement publié qu’en 1914 par le docteur Bonniot aux éditions de la Nouvelle Revue française ; que ce poème, incontournable dans l’histoire littéraire française, représente un essai précurseur d’approche de l’écriture au-delà de ses limites traditionnelles, par une liberté dans la syntaxe et dans l’ordonnancement des mots sur la page ; que ce manuscrit d’un texte fondamental par l’ouverture qu’il a créée vers la modernité et ayant connu une immense postérité, constitue un témoin capital du processus créatif propre à Mallarmé et l’expression la plus fidèle de la vision qu’il avait pour son poème ;

Qu’en conséquence, cette œuvre présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considérée comme un trésor national,

Emet un avis favorable au refus du certificat d’exportation demandé ».

Avis n° 2015-16 de la commission consultative des trésors nationaux  paru au Journal officiel de ce jour.

 

Le sort du Musée Arménien de France toujours en suspens

arménieSarkis Pitzak, Roi Léon V, 1331, Musée Arménien de France – © Photo Eupator – 2005

Le musée arménien de France a fermé ses portes en 1994 pour des problèmes de mise aux normes de sécurité liés à l’accueil du public. Pour L’année de l’Arménie en 2007, il avait réouvert ses portes exceptionnellement pour deux mois :  « Deux salles d’un hôtel particulier du 16e arrondissement parisien abritaient ainsi une dizaine de vitrines et 500 pièces datant du premier millénaire avant J.-C. jusqu’aux arts plastiques du XXe siècle. »  Il a dû quitter en 2011 l’hôtel d’Ennery. Sa situation avait déjà été évoquée ici (http://musearti.hypotheses.org/?p=1450) car le musée disparu était devenu virtuel : http://www.le-maf.com/

femme arménienne

Issu de la Fondation Nourhan Fringhian (du nom de son initiateur), le Musée Arménien de France a ouvert ses portes à Paris en 1949, il a été inauguré  en 1953 et abrite des œuvres réunies par les descendants des victimes du génocide de 1915. Elles ont été léguées à l’Etat français en 1978 et reconnues d’utilité publique.

Le Musée (national) Guimet occupe actuellement des salles de l’Hôtel d’Ennery (http://www.guimet.fr/fr/musee-dennery/histoire-du-musee-dennery) initialement réservées au Musée Arménien. 04-Ennery-salle5-450x261 Le responsable du musée arménien cherche aujourd’hui à mobiliser des soutiens pour obtenir la réouverture. Il a lancé une pétition : http://www.change.org/p/françois-hollande-sauvez-le-musée-arménien-de-france-2?recruiter=151781425&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition adressée au Président de la République française et à la ministre de la Culture et de la Communication.zbbnnjcCqlcbpsd-556x313-noPad

La question est devenue judiciaire. D’après le Journal des arts (Nathalie Eggs), « Une première décision en référé était attendue pour le 14 mai 2014. Le juge des référés n’a pas statué sur le fond et l’affaire a été renvoyée une première fois devant le tribunal de grande instance de Paris, le 4 juin. Puis l’avocat du Musée Guimet a réclamé l’incompétence du tribunal de grande instance et a demandé que l’affaire soit portée devant le tribunal administratif. Le procureur de la République est intervenu en ce sens et le TGI a décidé de se déclarer incompétent. Le Musée Guimet ayant par ailleurs refusé une médiation, l’affaire est désormais renvoyée au tribunal administratif en référé ».

 

D’autres fermetures de lieux d’exposition ont été évoquées récemment comme celle de l’Institut néerlandais qui est effective depuis janvier 2014. La Fondation Custodia qui l’abritait a su utiliser ces espaces : Elle  » s’est interrogée sur le devenir de ce bâtiment et a conclu qu’il fallait conserver sa vocation culturelle.  Ainsi, la bibliothèque de la Fondation va pouvoir s’étendre au 4ème étage de cet hôtel, ce qui lui permettra de bénéficier d’une grande salle pour accueillir tous les lecteurs intéressés (…)  L’Institut Néerlandais a offert son fonds littéraire et littérature de jeunesse à la bibliothèque de l’Université Lille 3. En revanche, tout ce qui concerne l’histoire de l’art, mais aussi la littérature et les études sur la littérature néerlandaise jusqu’en 1800 reste à la Fondation, comme les fonds d’histoire, d’architecture, de topographie et de design néerlandais. (…)  Les salles d’exposition du premier étage et celles du sous-sol (qui servaient surtout à l’Institut Néerlandais pour l’art contemporain) seront désormais affectées entièrement aux expositions de la Fondation Custodia » : http://www.latribunedelart.com/la-fondation-custodia-s-etend-apres-la-fermeture-de-l-institut-neerlandais