Archives pour la catégorie Billets

Revue de cartels : « il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir »

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition   » Equivoques » en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  « Les désordres du plaisir » . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes ». Texte de Daniel Cordier pour l’exposition « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes »

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire  » Jardins « : toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

« L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur ».

in Alice Chatzimanassis,  « Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art », MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?

Le pouvoir des fleurs : exposer ensemble beaux-arts, science et arts décoratifs

Exposer science, beaux-arts et arts décoratifs ensemble,  c’est  retracer toute une époque grâce au  parcours  que propose   « Redouté le pouvoir des fleurs » au musée de la vie romantique. Quatre étapes majeures caractérisent  l’exposition :

L’univers des beaux- arts avec notamment Flore caressée par Zéphyr du baron Gérard ou ce roi de Rome  par Prudhon,  l’un des premiers portraits de l’enfant impérial :

– L’oeuvre de Pierre-Joseph  Redouté, le  «  Raphaël  des  fleurs  ».   Ce sont toutes les facettes du talent de cet élève de Van Spaendonck qui sont mises en avant :

Les   fleurs  et les  arts  appliqués, de l’industrie  au  Salon : les  arts décoratifs, des papiers peints aux accessoires de mode :

– un parcours  contemporain  des  métiers  d’art , co-organisé  avec  Ateliers  d’Art  de  France, voisin du musée : Argent,  bronze,  coton,  émaux  sur  cuivre,  grès,  laine,  mosaïque,  papier,  plâtre,  plume,  porcelaine, silicone,  soie,  terre  crue,  verre…  26  créateurs  façonnent  la  matière  pour  réaliser  une  quarantaine d’œuvres  originales  qui  sont présentés  dans  le  jardin  et  les  salles  du  musée  de  Vie  romantique.  Une autre façon de mettre en valeur les collections permanentes du musée :

 A signaler un  feuilletoire  (un livre  du  MNHN  au  format  numérique) qui permet  de  vivre  l’exposition   de  manière tactile. Le MNHN, cette année, a contribué à plusieurs expositions temporaires : cette coopération de plus en plus fréquente des collections de ce musée à des expositions de beaux- arts peut être soulignée , tant au musée de la vie romantique quˋau Grand Palais pour l’exposition  » Jardins ».

 Pascal  Simon  Gérard fait  poser  son  ami, alors «  Peintre  de  fleurs  de l’impératrice  »   :

Grâce au pouvoir des fleurs,  Redoute, né en 1759 dans les Ardennes belges, a débuté sa carrière auprès de Marie Antoinette et  a traversé la Révolution , l’Empire et la Restauration. Depuis  1805, comme le précise le dossier de presse de l’exposition : « Redouté  vit  la  période  la  plus  féconde et  la  plus  heureuse  de  sa  carrière  durant  laquelle  il  bénéficie  de  la protection  de  Joséphine  et  qui  se  termine  avec  la  mort  de  la  souveraine en  1814.  Les  deux  artistes  se  sont  probablement  rapprochés  quand  ils ont  tous  deux  eu  la  jouissance  d’un  atelier  réservé  aux  artistes  au  Louvre.   Si le roi  Charles  X  en  1825 lui accorde la Légion d’honneur,  sa  candidature  à  l’Académie  des  Beaux-Arts  lui sera refusée ».

Pour tout savoir ou presque..

Chez Chomo

Après la disparition de Laurent Danchin l’association des amis de Chomo, qu’il présidait, poursuit son oeuvre en faveur de la sauvegarde des créations de Chomo dans la forêt d’Achères.

L’Association des Amis de Chomo propose  un nouveau weekend de portes ouvertes : l’ouverture des lieux est prévue de 14 heures à 18 heures, samedi 10 et dimanche 11 juin.

CONCERT DU 10 JUIN à 15 heures dans l’Eglise des Pauvres pour un concert sur la scène construite par Chomo.

        77760 Achères-la-Forêt ; à la sortie du village, sur la route de Milly-la-Forêt/Le Vaudoué, au lieu-dit Paris-Forêt.

La galerie « L’oeil  de la femme à barbe  » se propose également  de vous y conduire.

 

Les dessins de Besançon invités à Sceaux : de Vouet à Watteau

14124486_1360175890677153_804889597547403873_o2969945768

 » Chaque année, le musée du Département des Hauts-de-Seine à  Sceaux invite de grands musées à présenter leurs plus belles pièces d’arts graphiques.

Après les richesses du musée d Angers c’est au tour de celles du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, actuellement fermé pour de longs travaux, d’y être présentées du 16 septembre au 31 décembre 2016.

L’exposition est intitulée « De Vouet à Watteau. Un siècle de dessin français. Chefs d’œuvre du  musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon ». A travers un choix d’œuvres graphiques de peintres français majeurs du XVIIe siècle -Vouet, Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain, Le Brun, Watteau…-, elle montre aux visiteurs du musée du Domaine départemental de Sceaux une petite facette de la richesse de l’exceptionnel cabinet de dessins bisontin.

watteau

14124486_1360175890677153_804889597547403873_o-1-1-1

L’exposition est organisée grâce à Hélène Gasnault,  responsable de ces collections et de leur choix, et Dominique Brême, responsable du musée de Sceaux mais aussi de la scénographie de l’exposition. Le catalogue scientifique va paraître très prochainement. Il permettra de souligner de nouvelles découvertes, de publier de nouveaux dessins.

Signalons à destination du grand public, une rencontre autour du dessin ancien : le samedi 8 octobre de 9h45 à 18h, à l’Orangerie :

Téléchargez le programme complet des animations autour de l’exposition

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.