Archives pour la catégorie Le musée et l’artiste du mois

Duras par Delas et autres paysages

Aller chercher une histoire qui va s’effacer avec le temps, avec la destruction sous-jacente de ces murs.L’art dans la rue est aujourd’hui un mode d’exposition qui se banalise, avec le soutien des pouvoirs publics. Au street art s’ajoutent d’autres modes d’expression qui investissent l’espace public, en cours de transformations, comme  en 2016 cette émouvante  Projection mapping d’une vidéo d’animation de Delphine Delas consacrée à Marguerite  Duras dans le quartier Belcier à Bordeaux :  Un hommage à Marguerite Duras, une histoire d’amour et puis, de peuple(s) : Rue de Saïgon, rue du Son Tay, rue Bac Ninh dans le quartier Belcier, derrière la gare Saint-Jean, à Bordeaux...Cet hommage se poursuit en 2017 avec une exposition de street art :

Delphine  Delas et Nicolas Louvancourt proposent enfin une nouvelle projection mapping d’une vidéo d’animation  incluse dans la Saison Paysage de la ville de Bordeaux, le 28 septembre prochain :

« A partir de recherches faites en collaboration avec le Musée d’Aquitaine, sur les mythes et les folklores anciens issus de la région bordelaise, le projet hybride contes de l’époque médiévale, mythes gaulois et légendes modernes pour former un seul récit où le fleuve devient divinité ».

Récit/Illustration: Delphine Delas. Musique/Animation: Nicolas Louvancourt.

Regarder « Garumna ».

Suivre les créations et les projets  de Delphine Delas :

Home

Exposition hommage au Musée Tomi Ungerer

043_dpa-pa_161116-99-200019_dpai A Strasbourg

TOMI UNGERER FOREVER

19|11|2016-19|03|2017
tu_85_antonelli_1-650x1437
Tomi Ungerer vu par Christian Antonelli (détail de l’oeuvre) © Christian Antonelli.
 
Pour fêter le 85e anniversaire de Tomi Ungerer, 100 artistes de France et d’ailleurs ont taillé leurs crayons pour illustrer les liens que leur œuvre entretient avec celle de leur aîné. Si celle-ci s’est d’ores et déjà inscrite par sa diversité et sa créativité dans le vaste champ  de l’histoire de lart.
 La première rétrospective consacrée à Tomi Ungerer a eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1981.
 
006_affiche
 

1981
Connue également sous le titre de « Der kleine Unterschied » (La petite différence), devenue emblématique depuis, cette affiche fut réalisée par Tomi Ungerer pour la rétrospective que François Mathey lui organisa au Musée des Arts décoratifs de Paris à l’occasion de son 50e anniversaire.

Il ne peut s’empêcher d’ironiser sur la fonction de l’artiste avec le motif de l’éléphant trempant sa queue dans un pot de peinture … Il utilise ici son principe de choc visuel, destiné à attirer l’attention du spectateur, et qu’il obtient avec une gamme de couleurs réduite sur un fond sombre, un trait noir compact et une mise en page sobre. 

Kunihiko Moriguchi, artiste japonais, maître de l’art du Yûzen, est à Paris

triangle-au-cercle-1

 

 

 

 

 

 

 

Du triangle au cercle, Kunihiko Moriguchi, 2012. Photo : © Kunihiro Shikata.

Kunihiko Moriguchi est un artiste japonais, maître de l’art du Yûzen, cette technique tricentenaire de peinture sur des kimonos d’apparat. Il a été élevé au rang de « Trésor national vivant » par le gouvernement japonais en 2007. Son père était également « trésor national » et l’a formé à son retour au Japon. En effet, Kunihiko Moriguchi  a vécu en Europe où il a étudié les arts graphiques.

Né en 1941, il étudie la peinture de « style japonais » (nihonga) à l’université des Arts de Kyoto. Il part pour la France à l’âge de 22 ans et étudie à l’École nationale des arts décoratifs.  Il a fréquenté le musée des Arts décoratifs, où il rencontre François Mathey.  

Il se lie d’amitié avec le critique Gaëtan Picon et le peintre Balthus qui l’invite à la Villa Médicis. Ce dernier le persuade de se consacrer à l’art du yûzen, dont le père de Kunihiko est un illustre représentant. Kunihiko Moriguchi  a réalisé son premier kimono en 1967.

Une exposition rétrospective de ses œuvres,  la première, se déroule actuellement à la Maison de la Culture du Japon jusqu’au 17 décembre prochain. Elle réunit 26 kimonos et 11 peintures de l’artiste.

fructification-1

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Un musée au parcours clair et fluide : deux expositions temporaires et une installation au musée Guimet

 

20150630_14012020160903_114227

Guimet est un musée au parcours clair, fluide, sans ces barrières brutales, qui se dressent en général entre les espaces consacrés aux expositions temporaires et le domaine réservé aux collections permanentes : ici, les expositions vous conduisent tout naturellement à visiter l’ensemble des collections présentées.

Des œuvres contemporaines sont en outre mêlées aux présentations des collections anciennes, juste signalées par un caraco bleu, de ce bleu caractéristique du logo du musée.

20160903_11350920150630_14010020160903_113815

La répartition des œuvres suit un découpage par zone géographique. Dans ce domaine des arts asiatiques, tous les modes d’expression sont confondus, exposés ensemble : sculptures, tapisseries, textiles, dessins, estampes, céramiques et  maquettes d’architectures.

20160903_11433220160903_114231

Clair, aéré, calme, c’est véritablement une scénographie agréable aux lumières douces, que ce musée propose.

20160903_11321720160903_11295720160903_113100

Guimet lui même est présent, dans la rotonde bibliothèque consacrée aux expositions d’arts graphiques, où quelques statues voisinent avec les livres anciens.

S’achève bientôt l’exposition de photographies d’Araki Figure incontournable de la photographie contemporaine japonaise, Nobuyoshi Araki est connu mondialement : « Un choix très important sera extrait des milliers de photographies que l’artiste a réalisées de 1965 à 2016, depuis l’une de ses séries les plus anciennes intitulée Théâtre de l’amour en 1965 jusqu’à des oeuvres inédites, dont sa dernière création de 2015 réalisée spécifiquement pour le musée sous le titre Tokyo-Tombeau. Après une première découverte de la presque totalité des livres conçus par Araki suivie d’une introduction aux grandes thématiques de son oeuvre – les fleurs, la photographie comme récit autobiographique, sa relation avec son épouse Yoko, l’érotisme, le désir, mais aussi l’évocation de la mort -, l’exposition évoquera son studio, laboratoire d’idées. […] À mi-parcours de l’exposition, le visiteur s’introduit dans l’atelier d’Araki et découvre la démesure de sa production photographique, mise en regard d’oeuvres issues des collections du MNAAG : estampes, photographies et livres anciens, illustrant les liens que l’artiste a entretenus avec la permanence d’une inspiration japonaise ».

miroiressai2_affiche

Les pêcheuses d’abalones, Kitagawa Utamaro (1753-1806), vers 1797-1798, Ancienne collection Louis Gonse, MA 1582 (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier.

 

20160903_11252720160903_112459

Dans la rotonde, l‘installation en bambou de Shouchiku Tanabe ( Carte Blanche jusqu’au 19 septembre), s’accompagne d’une vidéo le montrant au travail.

20160903_11244420160903_11255320160903_112619

A venir, une exposition de miniatures indiennes qui regroupera près de 70 oeuvres choisies parmi les plus belles pages du musée national des arts asiatiques – Guimet.

logo entete-ascetes-sultans-maharadjahs