Archives pour la catégorie La mémoire courte ou « c’est la première fois que »..

Quand David Hockney exposait à Paris en 1974 au musée des Arts Décos et rendait hommage au Louvre

Dès 1974, grâce au British Council et au financement de l ‘AFAA ( Association française d’action artistique), David Hockney a présenté ses oeuvres à Paris au musée  des Arts décoratifs de Paris, alors dirigé par Francois Mathey, coorganisateur de l’événement.

Le catalogue, bilingue, comprend notamment un entretien de l’artiste avec  le critique Pierre Restany.

La rétrospective actuelle ne comprendra peut-être pas  ces deux illustrations -hommage au Louvre et à Paris, ville où  l’artiste  a vécu de 1973 à 1975 : la première de couverture  s’intitule « contrejour on the french style- against the day dans le style français ». 1974.

Cette oeuvre est aujourd’hui  au Ludwig Museum, à Budapest.

La dernière de couverture  du catalogue « two vases in the Louvre » 1974,  sera aussi sur l’affiche de cette exposition.

 « Hockey lors de son séjour à Paris occupe l’atelier qui fut autrefois celui de Balthus. Au Louvre, il photographie, dessine cette fenêtre qui lui inspirera son Contre-jour… »

David Hockney fait partie de ces nombreux artistes inspirés par le Louvre et que Pierre Schneider évoquait à l’occasion de l’exposition « Copier-créer  » organisée par Jean-Pierre Cuzin en 1993 pour célébrer le bicentenaire de ce musée : Les pille-art du Louvre, publié le 27/05/1993 :

« Dès la création du musée, les plus grands peintres s’y sont nourris des oeuvres de leurs prédécesseurs. Pour les interroger, les dévorer, et, finalement, les oublier. La preuve en 330 peintures et dessins ».

A signaler également la parution récente des articles de presse de Pierre Schneider parus sous le titre « Chroniques de l’Express (1960-1992) Le droit à la beauté ».

 

Les mythologies quotidiennes d’Adami

Ambiance nostalgique des années soixante à la Métairie bruyère, où se tient jusqu’en septembre une nouvelle exposition de Valerio Adami (1935- ). Les œuvres, elles, ne sont pas nouvelles : ensemble de dessins de sa collection personnelle, une série de lithographies inédites réalisées par les ateliers des éditions RLD : http://www.la-metairie.fr/detail-expo.php

Adami a fait ses premiers pas à Paris lors de l’exposition collective de 1964 intitulée « mythologies quotidiennes » au musée municipal d’art moderne de la Ville de Paris, sous la houlette de trois commissaires : Gérald Gassiot-Talabot, Marie-Claude Dane et François Mathey. Mathey l’expose également en 1967, parmi les tenants de la figuration narrative (« BD et figuration narrative« ) au musée des Arts décoratifs à Paris.

Adami,« le plus français des artistes italiens » de cette époque, figure au Grand Palais en 1972 pour l’exposition bilan « douze ans d’art contemporain », dont le commissariat est assuré par François Mathey.

Adami a notamment étudié la peinture à l’Académie de Brera, à Milan. François Mathey organise pour son vieil ami Franco Russoli (décédé en 1976), conservateur en chef de la Brera,  une exposition hommage intitulée Une Expérience à la Brera : Hommage à Franco Russoli. Il s’agit de photolithographies contemporaines inspirées par les œuvres de la Pinacothèque Brera : http://www.brera.beniculturali.it

Ces lithos d’Adami, Manzù, Milton Glaser, Folon, Baj et d’Henri Moore, sont présentées dans le hall d’entrée du Musée des Arts décoratifs, du 10 novembre 1977 au 15 janvier 1978.

Enfin, Mathey convie Adami à son exposition collective  « Sur invitation » qu’il organise au musée des Arts décoratifs, en 1984.

Pour voir les peintures de cet artiste, voici une video de 2012, à la galerie Templon  : https://www.youtube.com/watch?v=d0Sfxv75w7Q

 

L’artiste et le musée du mois : Paul Delvaux au musée des Arts décoratifs, 1969

Il fallait avoir un certain sens de l’audace pour exposer un peintre surréaliste belge un an après mai 68. C’est ce qu’a fait François Mathey en 1969 en consacrant à Paul Delvaux une rétrospective du 22 mai  au 28 juillet 1969. Les critiques de l’époque  ne s’y  trompent pas :

« Paul Delvaux aux Arts Décoratifs, un frisson nouveau », Les Nouvelles Littéraires, 29 mai 1969.
Robert Goffin, « Paul Delvaux », Jardin des Arts, no 174, mai 1969, p. 68-79.
Jérôme Peignot, « Visite à Delvaux », Connaissance des arts, no 207, mai 1969, p. 78-85.
Françoise Choay, « Rétrospective Paul Delvaux », La Quinzaine Littéraire, no 74, le 1er juin 1969.
André Fermigier, « Les femmes nues de Paul Delvaux », Le Nouvel Observateur, 3 juin 1969, p. 50-51.

L’année 1969 a été particulièrement nourrie en matière d’expositions temporaires au Pavillon de Marsan, qu’on en juge :
Dubuffet édifices, 11 décembre 1968/ 17 février 1969
Yves Klein, 25 janvier/10 mars 1969 (première rétrospective dans un musée parisien)
Architectes méconnus, inconnus, 15 février/24 février 1969
Evard Munch, gravures, 6 mars/7 avril 1969
Niko Pirosmanachvili, 6 mars/7 avril 1969
Arman accumulations, 21 mai / 28 juillet 1969
César Daum, 2 octobre 1969 / 30 avril 1970
Ceroli, Kounellis,  Marotta, Pascali, quatre artistes italiens plus que nature, octobre 1969.

L’exposition de l’art contemporain à Paris, avant le Centre Pompidou, existait ailleurs que dans les galeries, il avait bien lieu au musée des Arts décoratifs. En témoigne le riche fonds de la photographe Hélène Adant conservé à la Bibliothèque Kandinsky.

Le peintre Delvaux, âgé de 72 ans en 1969, a réalisé 200 tableaux. 77 toiles sont exposées. Delvaux a le  trac face au public parisien et se confie à François Mathey qui lui a rendu visite dans son atelier à Bruxelles :
« 12 mai 1969. J’ai reçu ce matin votre gentille lettre avec beaucoup de plaisir. Et vous me donnez du courage pour affronter le public parisien, car il y a déjà plus de vingt ans que je n’ai plus exposé à Paris. Comme vous, j’espère que cela sera une réussite. J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps au grand tableau que vous avez vu à Bruxelles et il est presque terminé. » L’exposition fut un succès.

Paul Delvaux a contribué à décorer le métro de Bruxelles, en réalisant en 1978, à la station de métro  » Bourse » une fresque intitulée  » Nos vieux trams bruxellois« :

2014-04-26 13.15.25

80 œuvres d’art contemporain sont en effet exposées sur ce réseau de transport : www.stib-mivb.be/irj/go/km/…/12-1348-ArtDansLeMetro_FR_LR.pdf‎

L’artiste et le musée du mois. Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris

Les papiers découpés de Matisse sont une nouvelle fois à l’honneur pour une exposition qui se tient cette fois-ci à Londres, à la Tate Modern : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

matissethesnail1953

Henri Matisse L’escargot, 1953 © Succession H. Matisse / DACS 2014

Le commissaire de l’exposition Nicholas Serota : http://www.tate.org.uk/context-comment/blogs/nicholas-serota-on-magic-matisse

Difficile de résister à la mise en valeur ici de la première exposition consacrée à Paris aux travaux du peintre en 1961, à l’initiative de François Mathey qui monte avec Mme Amic, la plus belle et la plus complète des expositions parisiennes sur ce thème, dixit Pierre Schneider, grand expert en ce domaine.

Le petit catalogue réalisé à cette époque (sur la demande de Marguerite Duthuit) par Fernand Mourlot n’en jette pas plein la vue mais garde trace de cet éblouissement :  » Mourlot sera fier, je crois, de ce petit album charmant, précis, sans sécheresse » écrit Mathey. Mourlot reproduit également pour l’affiche  Le danseur rouge. (Sur cette œuvre voir : http://www.christies.com/lotfinder/drawings-watercolors/henri-matisse-le-danseur-5157379-details.aspx )

d5157379lMatisse avait réussi à déplaire pourtant aux plus conservateurs et même à ses amis qui doutaient de la force de ces derniers travaux. Christian Zervos écrit dans Cahiers d’Art en 1949 :
« Est-il besoin de dire qu’on ne saurait faire aucun cas de ces papiers découpés qui constituent, avec les tentures décoratives, la grande affaire de l’exposition Matisse ? Pour mon compte, ils sont totalement négligeables et d’un mauvais voisinage à l’égard des tableaux. Ce qui rend de telles occupations inacceptables, c’est non seulement qu’elles ne touchent à aucune des initiatives esthétiques de Matisse, ne laissent d’en soupçonner de la tournure de son imagination ne mettent en lumière aucun de ses soucis des questions de fond, mais qu’elles nous laissent indifférents quand elles ne nous peinent de voir l’artiste trahi par son pouvoir de discrimination bien plus que par son talent. […] il était libre de se prendre d’affection pour eux. Mais, dès l’instant où il les propose à l’attention des visiteurs d’une exposition et les force, en quelque sorte, à prendre intérêt, on est en droit de trouver à redire. Je sais qu’il y a un moment où les plus vertes vieillesses ont peine à ne pas tourner à l’attendrissement pour tout ce qui sort de leurs mains ; il est néanmoins difficile de concéder à un artiste de la classe de Matisse de laisser aller son esprit sur n’importe quelle pente. Si entière que soit la confiance du créateur en ses moyens et quelque inépuisable que soit sa fertilité de ressources, il ne pourra jamais convertir en productions fortes des jeux qu’aucun coup de talent ne saurait élever au niveau de l’art ».

Le MNAM avait hésité à acheter puis avait négocié le prix le meilleur après que le musée d’Amsterdam (W. Sandberg) ou celui de Copenhague, aient exposé les gouaches et procédé aux acquisitions les plus belles qui s’imposaient. Enfin, en 1961, la critique est unanime et Michel Ragon écrit : « La plus jeune, la plus fraîche, la plus audacieuse et la plus parfaite exposition actuelle se trouve au Musée des Arts décoratifs, pour tout le printemps jusqu’au mois de mai ».

Elle se déroule du 22 mars au 15 mai 1961 et reçoit 10 708 visiteurs payants. Cela est bien sûr sans commune mesure avec l’exposition du centenaire de Matisse dont Pierre Schneider est le commissaire général, et qui reçoit (près de dix ans plus tard) 347 000 visiteurs au Grand Palais sur une période certes plus longue, d’avril à septembre 1970. En 1961, seul le public « averti » est venu. Michel Laclotte note le caractère exceptionnel de l’exposition (la présentation d’ensemble a été un éblouissement absolu). Pour Pierre Schneider, l’exposition fait date et inspire notamment les peintres américains résidant à Paris.

Un jeune témoin, prénommé Vincent, raconte : « Mercredi 22 mars 1961. Inauguration des gouaches découpées de Matisse. Le musée était à peu près vide quand nous sommes arrivés mais l’oeuvre en elle-même valait bien la petite heure que nous lui avons consacrée. Quand je dis qu’elle « valait bien » cela, j’ai l’air de faire une politesse, voire une concession ; c’est faux. Car c’est bien d’admiration qu’il s’agit, la joie du peintre survit dans l‘allégresse de la satisfaction que l’on a à faire danser ses yeux dans le rythme fort et admirable des taches de couleur ».

Sur l’exposition londonienne voir l’article d’Emma Crichton-Miller dans le numéro d’avril de la revue Apollo : http://www.apollo-magazine.com/matisse-april-apollo/

Lire ou relire Rose Valland : après la mise au pilon, la reconnaissance..

… C’est en tout cas ce qu’espère la RMN, le nouvel éditeur de l’ouvrage de Rose Valland, qui décrit  son engagement, à Paris puis en Allemagne, à Lindau ou Baden-Baden.

Ce Front de l’art, a été édité une première fois par la RMN en 1947 puis réédité en 1997 : Deux éditions de cet ouvrage existent à la bibliothèque des Arts décos : http://www.bibliothequedesartsdecoratifs.com/consultation2/consultation.html

En 1961, Plon en édite 4000 exemplaires, qu’il pilonne en 1966 : « Rose Valland n’en sauvant que 500 exemplaires en les achetant, avec ses deniers, à 3 francs pièce » nous dit Art Aujourdhui.Hebdo

FrontDeLArtEn 1967, les Résistants sont passés de mode, Mai 68 se prépare et Rose Valland en tant que femme résistante est dévalorisée (voire un reproche muet ?). Il faut rappeler également que lorsque le CNAC a besoin de locaux en 1967/1968, on se demande où déménager Rose Valland qui a encore un bureau rue Berryer dans l’hôtel légué par les Rothschild à l’État. En 1968, elle part  à la retraite :

« Le Centre national d’art contemporain sur l’instigation d’André Malraux en 1967, il était une émanation du Service de la Création Artistique dirigé par Gaëtan Picon, et dépendait du Ministère des Affaires culturelles. Il  était situé dans l’Hôtel Salomon de Rothchild, 11 rue Berryer à Paris. Blaise Gautier fut son premier directeur. Le CNAC n’était pas un musée, mais un organisme de prospection et d’expérimentation. Son dynamisme faisait le pendant de la vocation historique du Musée national d’art moderne. Il eut pour rôle de développer une politique de promotion de l’art contemporain. Il a organisé et diffusé de très nombreuses expositions sur l’art d’avant-garde en France et  à l’étranger. Il était doté d’un Centre de documentation sur l’art actuel, monté par Julien Alvard« . http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/doc-generale/fondsdoc/cgi-bin/fonds.asp?fo=CNACFONDS

Cette ingratitude à son égard n’est pas récente comme le rappelle Emmanuelle Polack (http://www.inha.fr/spip.php?article4722): « En 1952, à 54 ans, elle est enfin nommée conservatrice des musées nationaux.  Pour elle, c’est une blessure. C’est super tardif pour faire une belle carrière. Un conservateur, on lui confie une collection, un musée, un département, des expositions prestigieuses […] On cantonne Rose Valland à des travaux d’intendance. » http://www.parismatch.com/Actu/International/Rose-Valland-un-chef-d-oeuvre-de-Resistance-550038

Elle remplira ses travaux avec brio (voir les musées dans la guerre froide : http://musearti.hypotheses.org/?p=2430 ) et suggère à Malraux, dans un courrier du 17 février 1965, mais sans succès, une idée et un projet qui visent à créer un musée de la dernière guerre et de la Résistance dans les blockhaus de Saint Germain-en-Laye, qu’elle avait obtenus en 1955 pour sauvegarder les œuvres d’art en cas de conflit. (Centre des Archives diplomatiques de la Courneuve, Carton 209 SUP/708, [vrac d’archives « Rose Valland »], D.2.

Les archives de Rose Valland  à partir de 1968 et de la rue Berryer, feront un curieux parcours : « En 1968, année du départ à la retraite de Rose Valland, ce fonds était encore à la Fondation
Rothschild, au 11 rue Berryer, 75008. Il a ensuite transité par Ecouen, puis au « 1er bureau » de la DMF à l’entresol Mollien et fut ensuite installé dans un local dit « salon de thé » au
pavillon de Flore en 1978, faute de place pour l’intégrer dans les magasins ordinaires des A.M.N., malgré un projet d’agrandissement proposé en partie dans ce but en 1972 (cf. série
4EE25, dossier « Archives Valland », 1951-1978). En 1979, peu avant son décès, Rose Valland donna sa correspondance avec le Général Blanc et ses rapports à Jacques Jaujard (1941-1944).
En 1982, un certain volume de papiers privés fut en outre récupéré auprès des ayants-droits de Rose Valland, décédée un an et demi plus tôt. En revanche, faute de place, ont été transférés à
Bois-Préau les archives de la C.R.A., de la Commission du Livre, des inventaires allemands et les archives de la protection des œuvres d’art. Il ne reste alors au Palais du Louvre que les
papiers personnels de Rose Valland, 172 feuillets de ses rapports journaliers à Jacques Jaujard, des photos du Jeu de Paume et du personnel. En février 1991 et mars 1992, le « Fonds dit Rose Valland » de la C.R.A est « restitué » au Ministère des Affaires étrangères et quitte donc Bois-Préau » : http://www.culture.gouv.fr/documentation/manuscrits/AMN-Recherches/O_30-438_Rose_Valland_en_cours.pdf

Mieux vaut tard… mais Rose Valland n’est plus là pour remercier Georges et ses Monuments men !

Le Front de l’art, défense des collections françaises, 1939-1945, par Rose Valland, Réunion des musées nationaux, 2014, 408 p.

Rose-Valland-un-chef-d-oeuvre-de-Resistance_article_landscape_pm_v8Sur le site de Paris Match: En 1934, Rose Valland (à droite) fait visiter l’exposition du sculpteur argentin José Fioravanti, au Jeu de Paume (photo colorisée). Pendant l’Occupation, le musée servira de lieu de transit pour les œuvres d’art destinées aux dignitaires du IIIe Reich. © Collection Camille Garapont