Archives pour la catégorie Séminaires, conférences, communications

Les road movies de Jean Rouch

Filmer l’ Afrique dans les années 1950 jusqu’aux années 1970 : c’est ce qu’a fait Jean Rouch à qui la BnF consacre une exposition temporaire :

Jean Rouch et Damouré Zika sur le tournage de Jaguar, Gold Coast (Ghana), 1954, Département des Manuscrits/BnF © Fondation Jean-Rouch (DR).

« Jean Rouch aurait eu cent ans en 2017. L’exposition Jean Rouch, l’Homme-cinéma met en lumière la vie et l’œuvre d’un homme inclassable, explorateur, ethnographe, photographe, cinéaste. Auteur de 180 films tournés principalement en Afrique, Jean Rouch a lié le cinéma et l’ethnographie d’une manière unique. Entre ses mains, la caméra est devenue un nouvel outil d’investigation sur les hommes, leurs croyances, leurs imaginaires. Se moquant des prétentions à la neutralité de la science, Jean Rouch a assumé avec enjouement sa subjectivité et une relation de partage avec ceux qu’il filmait ».

Du 26 septembre au 26 novembre 2017, 40 films seront diffusés sur tous les écrans audiovisuels de la Bibliothèque du Haut-de-jardin, et en salle A, salle attenante à la Galerie des donateurs.

Jean Rouch est décédé en 2004 au Niger. Ces films, tournés essentiellement en Afrique dans le cadre des missions ethnographiques au Soudan et au Niger, par cet élève de Marcel Griaule, se déroulent pour les plus connus,  avant les indépendances.

Aux côtés de Jean Rouch, Damouré Zika. Infirmier, acteur preneur de son, il a participé au film Jaguar Gold coast et au célèbre Maîtres fous, de 1955,  Grand Prix de la Biennale internationale du cinéma de Venise –  dans la catégorie Film Ethnographique, en  1957.

Plus récent en 1974, le film Cocorico Monsieur poulet est un road movie franco-nigérien de Dalarou – pseudonyme pour le trio Damouré Zika, Lam Ibrahim Dia et Jean Rouch – sorti en France en 1977.

A l’occasion de l’exposition, la BnF met aussi en avant ses archives sonores :  en ligne sur Gallica, ces « échos de la forêt africaine » et ces percussions d’un festival au Ghana, extraits d’un disque  45 tours datant de 1960.

Comme le précise Clara Pacquet :

« Rouch construit sa définition de l’anthropologie à partir d’un héritage hétérogène, dans lequel il puise toujours à nouveau, afin de produire des formes de savoir par le cinéma ».

Clara Pacquet interviendra au séminaire Arts et Sociétés  le 7 mars 2018 sur le thème « Jean Rouch et les choses ».

PROGRAMME ARTS & SOCIETES

Le rêve des formes : Arts, sciences & cie

Œuvre de l’artiste d’art numérique, Katja Novitskova : Approximation V, 2013, photo: Nils Klinger.

Katja Novitskova  expose actuellement au Pavillon estonien de la 57e Biennale de Venise. Elle aborde les potentialités émergentes de la culture visuelle, du big-data et de l’écologie :

If Only You Could See What I’ve Seen with Your Eyes. Commissaire: Kati Ilves
Lieu d’exposition : Palazzo Malipiero.

Alain Prochiantz, titulaire de la chaire Processus morphogénétiques, au Collège de France et Alain FleischerLe Fresnoy – Studio national des arts contemporains, organisent du 5 au 7 septembre 2017, un colloque au Collège de France, ayant pour thème « Le rêve des formes : Arts, sciences & cie » (COLLOQUE LE REVE DES FORMES). Au sein de ce programme pluridisciplinaire, deux interventions  d’historiens de l’art, qui sont également commissaires d’exposition, peuvent être plus particulièrement signalées :

  • Le 5 septembre, Laurence Bertrand Dorléac, Professeure à Sciences Po, évoquera la prochaine exposition temporaire dont elle est co-commissaire, au Grand Palais, en mars 2018 : Artistes et Robots. Acte 2 ; 
  • Le 7 septembre, Georges Didi-Huberman (Directeur d’études, EHESS ) traitera de La dialectique des formes : une question disputée.

Alain Fleischer  et Claire Moulène sont par ailleurs commissaires d’une exposition temporaire intitulée « Le Rêve des formes – Art, science, etc » qui est actuellement présentée au Palais de Tokyo jusqu’au 10 septembre prochain :

«  L’exposition présentée à l’occasion du vingtième anniversaire du Fresnoy – Studio national des arts contemporains, est conçue comme un paysage imaginaire, un jardin monstrueux où se cultivent des formes périssables et des surfaces en germination, des organismes protubérants et de plates silhouettes. Les artistes et chercheurs rassemblés dans « Le Rêve des formes » témoignent de leur rencontre avec de nouvelles possibilités de représentation, issues de découvertes scientifiques et techniques récentes, qui bouleversent notre façon de voir et de montrer. En renouvelant grâce à cela le champ du perceptible – nanotechnologies, imagerie de synthèse, scan 3D, stéréolithographie… –, ces nouvelles visualisations nous laissent présumer de géométries encore inconnues. Des images, des transcriptions, des modélisations, des formes spéculatives produites par les inventeurs et savants des sciences prospectives, issues des mathématiques, de la physique, de la biologie, de l’optique ou de la chimie par exemple, rejoignent ou inspirent des œuvres qui résultent des greffes opérées entre art et science, entre spéculation et invention, par une vingtaine d’artistes contemporains ».

Toujours au Palais de Tokyo, Claire Garnier, Laurent Le Bon et Florence Ostende  présentent une exposition intitulée  » Dioramas » qui fait redécouvrir « une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques ».

Feuilleter le catalogue.

L’histoire du design en France

L’histoire du design en France / The History of Design in France / Colloque international / International Conference, Institut national d’histoire de l’art (Paris, France), le 21 juin 2017 /  June 21, 2017.

Salle Vasari / Vasari conference room.

Organized by Stéphane LAURENT, HICSA/Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

L’histoire du design en France présente une grande richesse mais paradoxalement aucun état des lieux n’a jamais été effectué. Les inventions se sont multipliées durant la révolution industrielle et les premières tentatives d’industrialisation d’un objet esthétique, aux formes modernes, ont été entreprises au début du vingtième siècle. Si l’Art nouveau n’a fait qu’une proposition timide, son vocabulaire a motivé certains industriels, qui l’ont choisi afin de diversifier leurs gammes d’articles. L’Art Déco réussit davantage une popularisation de l’objet moderne dans le cadre d’une approche commerciale qui reste fondée sur l’artisanat.

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, un rapprochement est entrepris entre les ingénieurs, les industriels et les créateurs de modèles. Il est porté par l’Union des artistes modernes (UAM) et est mis en scène à l’Exposition des Arts et techniques de 1937.

L’impulsion vient surtout après la Seconde Guerre mondiale avec l’influence du modèle américain de « design industriel », importé en France sous la traduction d’ « esthétique industrielle » grâce à des figures comme Jacques Viénot et Raymond Loewy, qui fondent respectivement l’agence Technès et la Compagnie d’esthétique industrielle (CEI). Toutefois les tentatives antécédentes, nées du projet français d’un « art social » au travers de l’embellissement du cadre de vie, se maintiennent, grâce notamment au  mouvement  Formes  Utiles, avant de déboucher sur des recherches sur les plastiques  et  la dérision des formes dans le mouvement Pop des années soixante et soixante-dix, où s’illustrent des designers comme Olivier Mourgue, Roger Tallon et Pierre Paulin. C’est en grande partie à l’initiative de graphistes français comme Paul Colin qu’est fondée l’Alliance graphique internationale, et à celle de Viénot qu’est mise en place l’International Council of Societies of Industrial Design (ICSID). Prenant conscience de l’importance de ce nouveau champ dans les pratiques artistiques, champ qui s’ancre durablement comme le montre la réussite d’un Philippe Starck, les institutions entreprennent de soutenir le mouvement avec la création du Centre de création industrielle en 1969 ou de la Cité du design de Saint- Etienne plus récemment. Des recherches et publications récentes sur le domaine, issus de travaux universitaires, permettent de faire un point sur la question.

The history of design in France presents a great richness but paradoxically no state of the question has been really carried out. Inventions multiplied during the industrial revolution and the first attempts to industrialize an aesthetic object with modern forms were undertaken at the beginning of the twentieth century. While some of the Art Nouveau decorators made the first proposals, the style motivated some entrepreneurs, who saw an opportunity to diversify their catalogues of items. Art Déco was more successful in popularizing the modern object within a commercial approach although it remained based on craftsmanship. On the eve of the Second World War, there was a rapprochement between engineers, industrialists and creators. It was incarnated by the Union of Modern Artists (UAM) and presented at the Exhibition of Arts and Techniques of 1937. The impulse came mainly after the Second World War with the influence of the American model of « industrial design ». It was imported in France under the translation of « esthétique industrielle » thanks to figures like Jacques Viénot and Raymond Loewy, who respectively founded Technès and the Compagnie d’esthétique industrielle (CEI). Thereafter was developed an enthusiastic research on plastics through a derision of forms. It was illustrated by the Pop movement in the Sixties and Seventies, with designers like Olivier Mourgue, Roger Tallon and Pierre Paulin. It was largely on the initiative of French graphic designers such as Paul Colin, that the International Graphic Alliance was founded, and the one of Viénot that the International Council of Industrial Design Companies (ICSID, now World Design Organization) was created. Aware of the importance in artistic practices of this new field, which is demonstrated by the success of a star designer like Philippe Starck, some public institutions decided to support the movement. Thus were created the Centre de Création industrielle in Paris in 1969 or the Cité du design in Saint-Etienne more recently. Recent research and publications on the subject will help to update and address the topic.

Le Programme / Program.

 

Conférence : Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

A signaler la soirée de présentation/discussion qui aura lieu le Jeudi 20 avril 2017 à 19h30, autour de l’ouvrage :

« Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) »

à la Lucarne des écrivains 115 rue de l’Ourcq  Paris 75019, autour du livre co-édité par les Archives nationales et les Presses universitaires de Rennes à l’occasion de l’exposition Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) en présence des auteurs :

Laurence Bertrand Dorléac, historienne de l’Art,  Julie Verlaine, Historienne, le Conservateur du patrimoine, Philippe Bettinelli, responsable de la collection d’ art public au Centre national des arts plastiques,  qui comprend 1 200 œuvres installées dans l’espace public depuis 1945,

Christian Hottin  Conservateur du patrimoine, co -directeur de l’ouvrage avec Clothilde Rouillet, Conservateur du patrimoine, Archiviste, commissaire de l’exposition :

Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

Pour les 40 ans de la Cie de l’Art Brut installée à Lausanne, l’université  (Unil) organise un colloque début novembre, dont les actes seront publiés ultérieurement. Voir le programme détaillé, ici.

Colloque : Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

UNIL, IDHEAP, Lausanne, 03-04/11/2016.