Archives pour la catégorie Séminaires, conférences, communications

Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

Pour les 40 ans de la Cie de l’Art Brut installée à Lausanne, l’université  (Unil) organise un colloque début novembre, dont les actes seront publiés ultérieurement. Voir le programme détaillé, ici.

Colloque : Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

UNIL, IDHEAP, Lausanne, 03-04/11/2016.

Charles Gleyre : l’académisme et ses fantasmes. Rencontre avec Michel Thévoz

A l’occasion, de l’exposition temporaire « Charles Gleyre, le romantique repenti »  qui se termine le 11 septembre 2016 au musée d’Orsay, Michel Thévoz a participé à une conférence qui peut être réécoutée  ici.

Une conférence inaugurale a été donnée par les deux commissaires de l’exposition, Côme Fabre et Paul Perrin, à réécouter à partir de ce lien.

Charles Gleyre. Autoportrait© Nora Rupp, Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

« Dans l’épopée qu’est l’histoire de la peinture française au XIXe siècle, le rôle de Charles Gleyre est trop souvent oublié.
Certes, ce Parisien d’adoption ne s’est guère préoccupé de sa postérité française. Né en 1806 dans le canton de Vaud, Gleyre est resté toute sa vie un citoyen de la Confédération helvétique et un farouche républicain.
Après le coup d’Etat exécré de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, il reçoit peu, n’expose plus et dédaigne les commandes publiques ; la maladie et la guerre de 1870 le contraignent à cesser son enseignement. Taiseux et solitaire, humble et cynique, Gleyre est déjà menacé d’oubli quand il meurt, en mai 1874. C’est en vain que son ami Charles Clément s’empresse de recueillir les derniers témoignages et de recenser maints chefs-d’oeuvre déjà dispersés à l’étranger : bientôt, seules les Illusions perdues, toile mélancolique du musée du Louvre, restent dans les mémoires. On se souvient qu’il fut le premier maître de Sisley, Bazille, Renoir ».

Michel Thévoz a aussi été conservateur au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Il est l’auteur en 1980 de l’ouvrage intitulé « Académisme et ses fantasmes : Le réalisme imaginaire de Charles Gleyre » qui vient d’être réédité.

livre_moyen_9782707303189

Il évoque, à travers plusieurs tableaux, cet  artiste vaudois qui trouve sa place à Paris (et qui est pourtant souvent obligé d’adapter son travail aux commandes qui lui sont faites), dans une société dont il partage apparemment les goûts mais dont il est aussi le symptôme, une société en voie de pétrification, qui voudrait arrêter l’histoire. Le goût prononcé du peintre pour les scènes violentes et obscènes (comme dans le tableau « Néron tuant sa mère »), s’accompagne d’audaces picturales, dignes de ses élèves impressionnistes, qui contribueront pourtant à son oubli.

Est-il « académique » ? Ce vaudois n’a pas de prix de Rome, ne sera pas membre de l’Académie, et si sa peinture semble classique, sa catégorisation ne va pas de soi.

Michel Thévoz propose d’adopter une nouvelle approche et un nouveau vocabulaire, pour analyser les rapports effectifs, les tensions, entre les tendances « modernes », avant-gardistes et les tendances classiques, « néoclassiques », comme le propose par exemple Nathalie Heinich dans son ouvrage Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique.

En effet, les peintres du XIXe siècle qui ont depuis été identifiés sous les étiquettes « d’impressionnistes » ou « d’académiques » voire de « pompiers »  se fréquentaient, interagissaient. Il faut, d’après Michel Thévoz, revisiter  régulièrement l’histoire de l’Art : ce passé est « imprévisible », il doit faire l’objet d’une relecture périodique.

C’est le constat que dressait aussi Jean Clair en 2011 lorsqu’il a évoqué à ma demande les expositions pionnières de François Mathey aux Arts Décos :

« Je me souviens très bien de l’exposition « Equivoques », en 1973, qui portait sur la peinture du XIX ème siècle à laquelle je m’intéresse tout particulièrement. Cela montrait que les exclusions et les jugements péremptoires des critiques d’art n’étaient pas fondés, qu’il n’y avait jamais eu cette dichotomie violente entre la peinture académique et la peinture novatrice : des passerelles existaient, même si elles restaient au premier coup d’œil, invisibles. Il y avait aussi dans cette exposition (outre l’ironie, la provocation, l’audace) un intérêt pour l’iconologie : pour le portrait, les physionomies, qui m’intéressait beaucoup ».

EQUIVOQUESequivoques

Equivoques. peintures françaises du XIXe siècle. catalogue  et affiche de l’exposition qui a eu lieu au musée des Arts décoratifs du 9 mars au 14 mai 1973 (commissariat : Olivier Lépine et François Mathey).

 

 

Raphaël Cuir : un critique d’art sur internet

Epoux de l’artiste Orlan, Raphaël  Cuir est un spécialiste de la représentation du corps humain dans l’histoire de l’art. Il vient de publier un ouvrage intitulé  « Renaissance de l’anatomie ».

9782705692339-208x300

ob_d2cf1f_mlp108795

Il est  également  président de la section française  de l’Association internationale des critiques d’art (AICA) .

Il intervient ici avec Didi-Huberman :

Il a été l’un des précurseurs de l’art à la télévision en lançant la chaîne « Mémoires actives » sur Internet en 1999, dont voici un best of.

Le critique a clos à la Villa Arson en 2012 un colloque sur la performance. Il évoque  les questions de champ et de définition que pose ce terme, qui renvoie à des actions et des pratiques artistiques très différentes. Un autre mode d’exposition   » de la vie même ».

Intervention dans le cadre du colloque « La performance : vie de l’archive et actualité », AICA-France/Villa Arson.2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conférences d’art brut en mai

image-name

Sur le site de Lucienne Peiry ; http://www.notesartbrut.ch/

Le séminaire GREC : De la trinité en déroute au sinthome ». Le 21 mai 2016 à l’ITP, 83 bd Arago 75014 Paris  de 14h à16   h 30,  Lucienne Peiry présente :  Le jardin encyclopédique d’Armand Schulthess.

L’exposition  » Armand Schuthess » est présentée actuellement en Suisse, à Lugano, au MASI (Musée d’Art de la Suisse italienne), jusqu’au 19 mai 2016.

A Bègles, Gérard Sendrey et les pionnières de la Création franche :

Gérard Sendrey nous parle de celles qu’il nomme « les pionnières » de la Création Franche. Il a choisi de présenter celles qui, aux balbutiements de l’aventure, décidèrent de donner des œuvres pour amorcer la collection comme Sandrine Alemany, Carole Bailly, Christiane Chardon, Claudine Goux,  Martha Grünenwaldt, Rosemarie Koczÿ  ou Louise Lavallée-Tournay.

Actualités

A decouvrir le Lab :

« Tenter de percevoir les sensibilités nouvelles du public, ses attentes, se renouveler : le LAB est une nouvelle offre du musée de la Création Franche, dès février 2016.

Il faut battre en brèche cette idée reçue de la nécessité d’un savoir préalable, portée par l’institution, relayée par ses zélateurs, qui reprennent en chœur cette injonction, comme un mantra, stoppant net celles et ceux prêts à faire le pas. Venir au musée ne saurait être seulement un pensum, mobilisant un quelconque prérequis nécessaire et indispensable pour s’autoriser à en pousser la porte. Mais y venir sans bagage n’est pas non plus une injonction.. »

 

 

 

Numéro d’hommages à Nicole Racine, Publication des Cahiers Jean-Richard Bloch, n° 21.

Sur le Carnet de l’IHTP : Publication des Cahiers Jean-Richard Bloch, 21.

CahJRB21_NR-214x300bloch

Numéro d’hommages à Nicole Racine, cette édition des Cahiers est le résultat de deux journées d’études auxquelles l’IHTP s’était associé. Nicole Racine a participé pendant de longues années au Groupe de recherche de l’Histoire des intellectuels à l’IHTP avec Michel Trebistch.

Nicole Racine s’était (entre autres) intéressée aux écrits et prises de position de Fernand Léger lors de la « querelle du réalisme, 1935-1936 » : «  Fernand Léger, « Le nouveau réalisme continue », second débat, La Querelle du réalisme, op. cit., p. 74-75.

« Léger s’interroge de façon prémonitoire dans ce texte sur la concurrence apportée dans le domaine des représentations par le cinéma, la radio, la publicité, « avec ces énormes mécaniques modernes qui vous donnent de l’art vulgarisé à puissance 1000 « .

 In Nicole Racine, « La Querelle du Réalisme » (1935-1936) , Sociétés & Représentations, 2003/1 n. 15, p. 113-131.  Voir également son texte dans  » Aux frontières des attitudes entre le politique et le religieux. Textes en hommage à Guy Michelat« .