Archives pour la catégorie Choses vues

Nouvelle exposition temporaire  à la Fabuloserie à Dicy dans l’Yonne : 130 œuvres de 25 créateurs et artistes se mêlent à la collection permanente constituée par la famille Bourbonnais.

La Collection du polonais Andrzej KWASIBORSKI (AK)  présente des oeuvres de créateurs polonais mais aussi tchèques ou allemands.  On y retrouve quelques créateurs présentés au Musée de la Création franche, à Bègles, lors de l’exposition intitulée « Les saints de l’art polonais »  comme Zarski, Dembinski, Glowala. Une personnalité émerge, un ancien musicien de jazz,  Ryszard Kosek, qui se consacre à  partir de 1980  à cette nouvelle activité artistique en mélangeant peintures et matériaux peu communs. Ses créations, notamment des portraits, sont saisissants.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAp

 Son travail est exposé pour la première fois en 1993 à Plock et Radom. En 1996, il a été présenté au musée de la Création Franche dans l’exposition collective internationale « Les Jardiniers de la mémoire ».

L’approche thématique adoptée par la commissaire ( Déborah Couette), le travail du scénographe  (Marek Mlodecki),  donnent l’occasion, en traversant les collections permanentes, de redécouvrir leur richesse : Verbena,  Podestà,  F. Marshall ou les turbulents  d’Alain Bourbonnais, en 2 ou  en 3 D, ou bien les oeuvres si particulières  de  Michèle Burles. La Fabuloserie  propose une nouvelle médiation, une nouvelle scénographie, de nouveaux cartels. Il est possible également  d’y  voir  des documentaires consacrés  aux créateurs hors normes qui figurent dans sa collection permanente.

Immagini 021

A signaler enfin l’œuvre de Genowefa Magiera, dont les créations ont pu être vues à Paris, rue Jacob, où la Fabuloserie  a recréé depuis quelques mois une galerie, la Fabuloserie, Paris, face à son implantation historique.

 

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

« Face à Face » avec Henri Michaux

 

Henri Michaux n’aurait probablement pas réalisé de selfie. Face au Centre Pompidou, donnant sur la piazza, le Centre Wallonie-Bruxelles présente une exposition, jusqu’au  21 mai 2017, qui s’intitule « Face à Face » sur Henri Michaux.

L’ artiste « Cobra » Alechinsky ( l’un des prêteurs de cette exposition) découvre les oeuvres de Michaux en 1945 avec celles de Jean Dubuffet et des surréalistes. 

A la question : « quel est le premier peintre dont vous avez acheté une oeuvre  après la guerre ? » , Daniel Cordier répond : « Henri Michaux. Une toute petite gouache qui était présentée chez une libraire qui vendait des livres de la collection La Pléiade, (introuvables à ce moment-là) : elle était située à proximité du café de Flore, boulevard St-Germain. Elle avait eu une très bonne idée : on lui apportait des petits dessins, de petites sculptures et elle les vendait « .

Daniel Cordier, devenu galeriste, exposera Michaux à de nombreuses reprises. Parmi les  très nombreuses expositions temporaires d’Henri Michaux, signalons les premières expositions organisées dans les années 1960, dans des musées : les oeuvres  d’Henri Michaux ont été exposées en 1965 au musée national d’art moderne, à Paris, après avoir été présentées  au Stedelijk Museum, en 1964 à Amsterdam. L’exposition de 2017 inclut  des dessins, des peintures,  des livres  d’artistes, des lettres et des photographies, ainsi que la projection d’un film consacré au poète et dessinateur qui aimait Klee, Zao Wou Ki ou Magritte, artistes dont quelques oeuvres figurent dans l’exposition.

Anne-Elizabeth Alpern, spécialiste de son oeuvre, donnera au Centre une conférence le 7 mars prochain. 

 ☆Sur le site du Centre Wallonie Bruxelles, l’annonce d’une autre conférence en mai et d’un spectacle consacré à Henri Michaux :

Centre Wallonie Bruxelles

henri michaux

Il a choisi de se retirer et refusé qu’on fixe son image, il s’agit de montrer paradoxalement tous les visages qu’il fait surgir sous nos yeux, par le texte et les images. C’est cette confrontation à laquelle fait référence le titre de l’exposition « Face à face ».

☆D’autres documents en ligne dressent son portrait ou récitent ses textes :

☆ Lecture : Dans les appartements de la Reine.

☆ Vues d’une exposition en 2013  au musée des beaux-arts de Winterthour,  le Kunstmuseum Winterthur, en Suisse.

☆  L’exposition Henri Michaux à la galerie Antoine Laurentin en 2015.

Laurent Danchin..

aurent Danchin par Danchin par Jean-Luc Giraud
Laurent Danchin par Jean-Luc Giraud.

Laurent Danchin n’est plus. Correspondant en France de Raw Vision et proche de la revue Artension, sa disparition suscite hommages et  témoignages  émus et nombreux. 

Commissaire de plusieurs expositions temporaires, à la Halle Saint-Pierre, à l’abbaye d’Auberives, Laurent Danchin est avant tout un écrivain qui se passionnait pour la création brute singulière, hors normes ou apparentée et toutes ses manifestations qui résultent d’un besoin, d’une pulsion,  bien loin d’un métier ou d’une profession. Il a souhaité défendre ces créateurs et en parler lors de très nombreux entretiens et tout récemment encore. Il insistait tout particulièrement sur le mysticisme qui caractérise de nombreux auteurs d’art brut.

Laurent Danchin qui a écrit sur Artaud,  et Dubuffet, a aussi laissé  des « bonbons », ces petits ouvrages de l’association Mycelium,  dont le nom renvoie à ce tissu créatif, ce réseau organique de connections fécondes, comme il le définissait.

 20091012085659exposchom_0

Un de ces petits ouvrages, paru en septembre 2016,  est un condensé sur Chomo, un artiste auquel il a porté un très grand intérêt et à qui il avait consacré une exposition temporaire particulièrement réussie à la Halle Saint- Pierre.

Laurent Danchin était aussi  à la tête d’une association ayant pour but de sauvegarder l’oeuvre de Chomo dans la forêt d’Achères. Il était fier d’avoir pris cette responsabilité.

20170111_224447-1

Hommage au voleur de fleurs

20161006_183705WALASSE TING, LE VOLEUR DE FLEURS (DU 7 OCTOBRE AU 26 FÉVRIER 2016) est présenté actuellement au musée Cernuschi : « L’itinéraire de Walasse Ting (1928-2010), artiste inclassable né à Shanghai, actif à Paris, puis New-York et Amsterdam, préfigure l’internationalisation de l’art contemporain chinois survenue dans les années 1990. Après avoir quitté la Chine pour Hong-Kong en 1946, Walasse Ting gagne Paris en 1952. Ses créations, qui mettent l’accent sur l’expressivité du geste pictural, sont en phase avec les réalisations du groupe CoBrA dont certains membres, comme Pierre Alechinsky, manifestent leur intérêt pour les pratiques asiatiques de l’art du pinceau. À cette époque il rencontre aussi Sam Francis, qu’il retrouvera à New-York quelques années plus tard. C’est dans cette ville que Walasse Ting découvre son univers, fait d’allers et retours entre l’encre et la couleur pure, entre les codes de la peinture chinoise et la spontanéité de l’Action Painting. Il s’inscrit alors dans le paysage de la création new yorkaise à travers des réalisations collectives, comme le projet One Cent Life (1964), qui réunit aux côtés de Pierre Alechinsky et Sam Francis, Jean-Paul Riopelle, Asger Jorn, Robert Indiana, Robert Rauschenberg, Andy Warhol… En 1970, Walasse Ting a fait don au musée Cernuschi de 80 peintures représentant de manière quasi-exhaustive son univers foisonnant et ludique. Cette collection, qui n’a jamais été exposée, a fait l’objet d’une très importante campagne de restauration au cours des dernières années. Le musée Cernuschi revient sur l’ensemble du parcours de Walasse Ting en accordant une place privilégiée aux échanges qu’il a su tisser au sein des milieux artistiques européens et américains ».

Toutes les époques de cette vie de création sont mises en valeur : le travail collectif avec CoBrA,

20161006_182709

la période pop,  où les couleurs acidulées dominent, mais aussi  les créations en noir et blanc d’inspiration chinoise, très fortes, comme ces évocations du printemps et de ses insectes, emblématiques.

20161006_183517

Un  parapluie, symbole chinois d’intimité revisité, allusion aux Jeux des nuages et de la pluie, a pour titre « La naissance de Vénus » .

20161006_182908

La scénographie aérée,  colorée, rend le parcours très agréable. Les textes sont courts, efficaces. Cette promenade se conclut par un hommage aux femmes,  au prisme de Matisse.

Un programme de conférences accompagne cette nouvelle présentation d’un artiste chinois contemporain et nomade:  L‘université au musée: conférences le jeudi à 16h  téléchargez le programme des conférences

Signalons l’article d’Anne Kerlan paru dans le journal Libération, à l’occasion des rendez- vous de l’Histoire à Blois, qui a pour thème cette année, « Partir » :

Combien d’artistes, partis de Chine, de Corée, du Japon ou du Vietnam, se sont retrouvés dans notre capitale depuis le début du XXe siècle ? La rencontre avec l’art occidental ne date pas de leur arrivée mais leur condition d’exilés, et cette disjonction entre une culture d’origine, devenue «une mémoire qui ne sert à rien» (1) et ces lieux d’accueil qui ne le sont pas toujours a nécessairement résonné dans leur parcours. Pour certains, l’impossible repos fut fructueux. Walasse Ting (1928-2010) fit ainsi des passages de frontière et des transgressions un principe créateur. Arrivé à Paris en 1953, il y rencontre le mouvement CoBrA. Cet ami intime de Pierre Alechinsky se retrouve plus tard à New York, tout à son aise dans les milieux de l’expressionnisme abstrait, de l’action painting et du pop art. L’exposition parisienne qui lui est consacrée jusqu’au 26 février (une première en France) révèle une personnalité hors norme, qui ne cessa de bousculer son héritage artistique chinois mais aussi ces courants de l’art moderne occidental dont il fut un acteur important. Voici des peintures à l’encre de Chine rehaussées de projections et de coulures, ou un classique paysage monochrome doté d’une signification sexuelle explicite. Il invita ses amis new-yorkais à des œuvres collaboratives, rappelant la façon dont les lettrés chinois réalisaient autrefois peintures ou calligraphies lors d’assemblées festives. Et, traversant tout ceci comme une obsession pour celui qui se surnommait «le grand voleur de fleurs», la figure féminine, prostituée nue façon pop art ou dame chinoise du temps jadis traitée à la Matisse, sert de fil conducteur à cette œuvre foisonnante, et peut-être aussi de passerelle entre la Chine et l’Occident.