Archives pour la catégorie Choses vues

Revue de cartels : « il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir »

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition   » Equivoques » en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  « Les désordres du plaisir » . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes ». Texte de Daniel Cordier pour l’exposition « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes »

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire  » Jardins « : toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

« L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur ».

in Alice Chatzimanassis,  « Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art », MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?

Art urbain : entre abstraction géométrique et trompe-l’oeil en 3D

L’art urbain,  les graffitis,  ont la cote et  leur reconnaissance s’accroît depuis quelques années déjà, comme l’indiquent les blogs et les revues qui recensent les  nombreux artistes qui sont rassemblés sous cette étiquette.

Une tendance de l’art urbain, de l’Art de rue, parmi d’autres, remet au premier plan l’abstraction géométrique. En 2016, des  abstractions en 3D remarquables, avaient été réalisées par un collectif, dans une ancienne école à Saint-Jean-de-Luz :

L’artiste LX. One, qui partipait à cette création, avait réalisé  deux ans auparavant dans une villa à Biarritz,  un environnement  similaire :© Photos Damien Dohmen de  Gardères & Dohmen Photography. 

Le projet s’intitulait : « 40 jours » le projet artistique de Lx.One : website / Instagram (lx1one) / Vimeo.

Il s’agit dans les deux cas de graffitis, d ‘un travail éphémère de quelques semaines à quelques mois, où  domine l’abstraction géométrique en 3 D, et qui intervient avant la rénovation ou la reconstruction d’un site. 

La démarche rappelle certaines créations observées en Allemagne, où l’art urbain est souvent lié à la culture industrielle .

Parfois, c’est le retour du trompe -l’oeil , qui surprend dans l’art de rue, en recréant des  motifs figuratifs des plus saisissants,  comme cette oeuvre d’Edgard Mueller,

« Lava Burst »,  réalisée pour fêter le trentième anniversaire du festival international de l’art urbain à Geldern en Allemagne.

Grand trouble à la Halle Saint Pierre

A la Halle Saint- Pierre, une nouvelle exposition collective  rassemble des artistes connus et moins connus, sous un titre englobant, Grand trouble.

Au rez-de-chaussée de chaussée,  une vidéo ( Flir) de Jérôme Cognet et dans l’ombre des oeuvres sur papier, très diverses.

A l’étage, Gilles Aillaud..

…côtoie les images montages /collages de Tomi Ungerer :

On peut découvrir aussi les travaux d‘Al Martin, qualifié d’un peu obssessionnel  par Philippe Cyroulnik, l’ancien   directeur du 19, le CRAC, Centre régional d’art contemporain de Montbéliard.

Al Martin fait surgir en effet des formes en ponçant de multiples couches d’acryliques,  les «thuilages », tuiles de peinture à l’huile rigoureusement alignées à l’aide d’un fin couteau à peindre, les «morceaux ou semis », fines pellicules de peintures acryliques disposées en semis sur des fonds préparés, les « lignes accumulées »

Non loin l’oeuvre d’ Edith Dufaux, le petit théâtre :

On retrouve d‘autres artistes remarquables, souvent suisses, comme Emilienne Farny :

A noter les grands formats de Sylvie Fajfrowska :

 Ce sont donc 46 artistes  qui sont réunis sous ce titre englobant :  Rien de ce que les hommes font ne leur est indifférent. Un état d’esprit a surgi, un mouvement s’est esquissé.

A signaler au catalogue des textes de Michel Thévoz, Jacques Roman, Delfeil de Ton ou Jean-Paul Demoule.

A écouter : Frédéric Pajak. Exposition jusqu’au au 30 juillet 2017.

Le pouvoir des fleurs : exposer ensemble beaux-arts, science et arts décoratifs

Exposer science, beaux-arts et arts décoratifs ensemble,  c’est  retracer toute une époque grâce au  parcours  que propose   « Redouté le pouvoir des fleurs » au musée de la vie romantique. Quatre étapes majeures caractérisent  l’exposition :

L’univers des beaux- arts avec notamment Flore caressée par Zéphyr du baron Gérard ou ce roi de Rome  par Prudhon,  l’un des premiers portraits de l’enfant impérial :

– L’oeuvre de Pierre-Joseph  Redouté, le  «  Raphaël  des  fleurs  ».   Ce sont toutes les facettes du talent de cet élève de Van Spaendonck qui sont mises en avant :

Les   fleurs  et les  arts  appliqués, de l’industrie  au  Salon : les  arts décoratifs, des papiers peints aux accessoires de mode :

– un parcours  contemporain  des  métiers  d’art , co-organisé  avec  Ateliers  d’Art  de  France, voisin du musée : Argent,  bronze,  coton,  émaux  sur  cuivre,  grès,  laine,  mosaïque,  papier,  plâtre,  plume,  porcelaine, silicone,  soie,  terre  crue,  verre…  26  créateurs  façonnent  la  matière  pour  réaliser  une  quarantaine d’œuvres  originales  qui  sont présentés  dans  le  jardin  et  les  salles  du  musée  de  Vie  romantique.  Une autre façon de mettre en valeur les collections permanentes du musée :

 A signaler un  feuilletoire  (un livre  du  MNHN  au  format  numérique) qui permet  de  vivre  l’exposition   de  manière tactile. Le MNHN, cette année, a contribué à plusieurs expositions temporaires : cette coopération de plus en plus fréquente des collections de ce musée à des expositions de beaux- arts peut être soulignée , tant au musée de la vie romantique quˋau Grand Palais pour l’exposition  » Jardins ».

 Pascal  Simon  Gérard fait  poser  son  ami, alors «  Peintre  de  fleurs  de l’impératrice  »   :

Grâce au pouvoir des fleurs,  Redoute, né en 1759 dans les Ardennes belges, a débuté sa carrière auprès de Marie Antoinette et  a traversé la Révolution , l’Empire et la Restauration. Depuis  1805, comme le précise le dossier de presse de l’exposition : « Redouté  vit  la  période  la  plus  féconde et  la  plus  heureuse  de  sa  carrière  durant  laquelle  il  bénéficie  de  la protection  de  Joséphine  et  qui  se  termine  avec  la  mort  de  la  souveraine en  1814.  Les  deux  artistes  se  sont  probablement  rapprochés  quand  ils ont  tous  deux  eu  la  jouissance  d’un  atelier  réservé  aux  artistes  au  Louvre.   Si le roi  Charles  X  en  1825 lui accorde la Légion d’honneur,  sa  candidature  à  l’Académie  des  Beaux-Arts  lui sera refusée ».

Pour tout savoir ou presque..

Contre-cultures d’hier et d’aujourd’hui

À la Maison rouge vient de s’achever l’exposition  sur les contre -cultures entre 1969 et 1989, qui s’est déroulée du 24 février au 21 mai 2017.

 Ses commissaires,  Guillaume Désanges et François Piron l’ évoquent  dans un documentaire en ligne (la maison rouge ), « L’esprit français, Contre-cultures 1969-1989 »:  Interviews des commissaires de l’exposition : Guillaume Désanges et François Piron. Réalisation : Jean-Nicolas Schoeser (trystero.fr) :

"De la Figuration Narrative à la violence graphique de Bazooka, des éditions Champ Libre à la création des radios libres, de Hara-Kiri à Bérurier Noir, cette exposition rend compte d’un « esprit français » critique, irrévérencieux et contestataire, en proposant une multitude de filiations et d’affinités. À travers une soixantaine d’artistes et plus de 700 oeuvres et documents, rassemblant à la fois journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, l’exposition assume une forme de révision esthétique, en allant regarder vers d’autres “genres” de la création que ceux généralement mis en avant dans l’art contemporain. Elle est également l’occasion de présenter des pièces rarement montrées telles que des carnets du groupe Dziga Vertov (fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), une sculpture monumentale de Raymonde Arcier ou les « livres d’école » d’Henri et Marinette Cueco ainsi que de passer commande d’œuvres à Christian Chapiron, dit Kiki Picasso et Claude Lévêque".

Vues de l ‘exposition :

L’affiche reprenait une oeuvre des artistes  Pierre et Gilles qui font aujourd’hui l’objet d’une exposition rétrospective au MuMa au Havre jusqu’au 20 août prochain, proposée en collaboration avec le Musée d’Ixelles à Bruxelles.

Le MuMa du Havre, dans le cadre des 500 ans de la création de la ville, présentera jusqu’au 20 août prochain, une exposition autour d’« Impression soleil levant » de Monet, oeuvre révolutionnaire, peinte dans ce port en 1872. Elle est détenue aujourdhui par le musée Marmottan.