Archives pour la catégorie Articles en ligne

articles publiés sous HAL-SHS

Revue de cartels : « il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir »

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition   » Equivoques » en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  « Les désordres du plaisir » . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes ». Texte de Daniel Cordier pour l’exposition « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes »

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire  » Jardins « : toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

« L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur ».

in Alice Chatzimanassis,  « Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art », MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Des notices de catalogue en ligne, pour promouvoir l’exposition « Carambolages »

Dans le cadre de leur promotion et de l’aide à la visite, les expositions RMN-Grand Palais bénéficient depuis assez longtemps d’application téléchargeables. C’est le cas aussi de l’exposition  » Carambolages » qui bénéficie d’une application officielle gratuite, optimisée pour tablettes. La RMN -Grand Palais a choisi aussi de faire la promotion de ses expositions en mettant en ligne certaines notices de catalogue. Son magasine a ainsi mis en ligne depuis le début mars, les notices suivantes :

Un œil qui regarde  

oeil

(École française, Un oeil qui regarde, XVIII siècle, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques).

« Dès 1785, Lady Eleanor Butler écrit qu’un ami lui a montré « « Un oeil fait à Paris, serti dans une bague, une vraie idée française ».Mais c’est l’histoire du prince de Galles, futur George IV, qui lança la mode des yeux peints. À l’âge de 21 ans, en 1784, il tombe amoureux de Maria Fitzherbert, mais ne peut l’épouser, car son père George III n’y consentirait pas. En effet, la dame est catholique et la règlementation royale exige l’accord du père pour un mariage avant l’âge de 25 ans. Il simule alors un suicide qui ébranle la convoitée. Après avoir accédé à sa demande, elle s’enfuit pour plus d’un an sur le continent. Mais la passion du prince ne tarit pas et il lui envoie une lettre accompagnée de son oeil peint par le miniaturiste Richard Cosway « …………

 Listen to your eyes

  • Maurizio Nannucci, Listen to Your Eyes, 2010, installation à Villeneuve-d’Ascq, Paris, Centre national des arts plastiques
  • « L’installation de Maurizio Nannucci, qui se compose de cette courte injonction à destination de l’oreille de son spectateur, émet un paradoxe particulier. Il place l’individu qui le regarde dans une position inconfortable: le premier mot, qui invite l’auditeur à tendre l’oreille, le met vis-à-vis d’un phénomène oculaire, qui a priori, par définition, ne s’écoute pas. Cela intervient à trois niveaux de la pensée »….

  • Anne et Patrick Poirier : Mnémosyne, 1991-1992, bois peint à la tempera, collection Anne et Patrick Poirier, Paris, galerie Jean-Gabriel Mitterrand.
  • « L’œuvre d’Anne et Patrick Poirier déploie un complexe architectural, construit sur la base d’un plan elliptique, forme géométrisée du cerveau. Mnémosyne, la déesse de la Mémoire dans la mythologie grecque, lui a donné son titre » ……

Joachim-Raphaël Boronali, dit « l’Âne Lolo», Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique, 1910, Milly-la-Forêt, espace culturel Paul-Bédu.

Ce paysage n’est pas l’œuvre d’un artiste mais un canular exposé au 26e Salon des indépendants en mars 1910. Ce Salon, créé en 1884 à Paris …accueillait toutes les tendances d’avant-garde que refusaient en général d’exposer la Société des artistes français ou la Société nationale des Beaux-Arts. Son auteur n’est pas « Joachim-Raphaël Boronali », peintre né à Gênes, mais l’âne Lolo du tenancier du « Lapin agile » à Montmartre, qui «peint» lorsqu’on lui présente des carottes………….
Selon Guillaume Apollinaire, ce tableau farce ne mystifia personne. Les organisateurs du Salon ne pouvaient le refuser sans bafouer leurs statuts. Ils l’accrochèrent donc dans la salle 22 réservée aux « artistes humoristes », sous le titre Et le soleil s’endormit. …….
 On a voulu mettre les rieurs du côté de l’art traditionnel, contre les peintres qui incarnent une recherche picturale inédite, les disqualifier, en leur déniant toute victoire possible sur les champs de bataille de l’art. Ce fut peine perdue. …………..
Car l’âne donna naissance à une véritable lignée : le 30 juin 2012, l’exploit est réitéré en public par Ben Vautier qui amena un âne à la villa Arson à Nice : « Lolo II » qui peignit la toile Et le soleil s’endormit sur Nice. Pour l’ouverture de la Fondation du doute (Blois, 6 avril 2013), Alain Biet fabriqua un âne-jupon, « Lolo III », qui réalisa à son tour une peinture performance, Et le soleil s’endormit sur la Loire.

« Critique d’art » n° 44 est paru

couverture_44_gb-small250

Est paru et partiellement en ligne le n° 44 | Printemps/Eté 2015 de
CRITIQUE D’ART, dédié à l’actualité internationale de la littérature critique sur l’art contemporain: The International Review of Contemporary Art Criticism :

Voici le sommaire dans son intégralité : http://critiquedart.revues.org/16829

Editorial : Jean-Marc Poinsot : Frontières et tours de passe-passe [Texte intégral disponible en juin 2016] Boundaries and Magic Tricks [Texte intégral disponible en juin 2016]

L’oubli créateur : un commencement, sans débris, sans cendres, sans braises anciennes ?

Le numéro 13 thématique « Trauma et création » de la revue Appareil, a pour pivot l’œuvre de Germain Rœsz « qui, alors que rien dans son contexte familial, culturel ou professionnel ne l’y destinait, s’est mis à manier la couleur et les mots après un très long coma. Le cours de son histoire individuelle s’est vu brisé par un temps impossible à récupérer, car échappant à la mémoire. Pourtant, ce blanc n’est pas rien… »

La revue Appareil prend pour départ « l’hypothèse que le trauma constitue une expérience-limite par rapport à laquelle penser la création. Il peut sembler paradoxal qu’une « blessure » (τραῦμα) aux conséquences apparemment seulement négatives : fractures, lésions, dysfonctionnements, déficiences et privation de fonctions corporelles, perte de conscience puisse être d’une quelconque fécondité pour la production plastique, poétique et philosophique. Pourtant, de la chute de cheval de Montaigne aux accidents d’avion de Sam Francis ou de Joseph Beuys, ces coupures sont perçues comme une matrice productive. Que nous disent les traumas, et notamment leur forme majeure qu’est le coma, du faire créateur ? Les concepts de corps, de mémoire, de conscience, les notions de durée, d’inscription, de volonté s’en voient réinterrogés »

Quelles sont les caractéristiques d’une production artistique qui surgit après un coma ? Telle est la question que se pose Jean-Louis Déotte (philosophe, professeur à Paris VIII)  dans un article intitulé Entre le trauma et le coma : http://appareil.revues.org/2002

Il commente l’expérience et l’œuvre de Germain Rœsz, ancien apprenti boucher des abattoirs de Colmar en Alsace, qui, à l’issue d’une longue hospitalisation,  devient artiste peintre en 1970 : « La question traitée sera celle des rapports entre les arts, ici la peinture, et les effondrements psychiques, individuels ou collectifs. Elle partira du constat qu’il y a de telles discontinuités historico-politiques que l’hypothèse métaphysique d’une « raison dans l’histoire » est bien problématique, parce que l’humanité n’est pas un sujet collectif, lequel pourrait se ressaisir, se réfléchir au moins comme « esprit » dans sa totalité depuis un supposé commencement.  […] Nous nous intéresserons donc à des artistes dont l’horizon ne fut pas muséal. Mais hospitalier, dans un sens large… « .

Jean-Louis Déotte  conteste   » la thèse de Warburg et Didi-Huberman, celle d’une survivance des formes esthétiques. Pour qu’il y ait mémoire (individuelle ou collective), il faut bien un support continu. Et pour les arts, cela suppose l’existence du musée, qui n’est qu’une invention du XVIII e siècle. »  Il a conclu dans ses travaux précédents, que paradoxalement, le musée est un appareil d’oubli. Il insiste sur le fait que dans « la vie des individus comme dans celle des sociétés, il y a des blancs ». L’humanité est à son sens, « globalement épileptique ».

 » Rœsz, jeune adulte, est revenu au monde à partir d’un long coma provoqué par un accident de la route qui aurait dû être son tombeau. C’est la très longue hospitalisation qui fut fondatrice, parce qu’elle interrompit durablement toute activité :  « L’origine de ma peinture se situe dans un choc fondateur, un trauma comatique. Ne pas voir ni penser le monde. Savoir, au retour, parmi les vivants et la parole qu’une partie de soi-même, de sa conscience fut abolie, oubliée. […] Mais cette anecdote qui est la mienne comment peut-elle interroger celui qui regarde ? Comment et pourquoi serait-il concerné ?  » Germain Rœsz, Peintures, 1970-2011, Paris, L’Harmattan / Cour carrée, 2012.

Cette expérience traumatisante fait écho à bien d’autres parcours individuels ou collectifs liés notamment aux génocides du XXe siècle, expériences vécues ou emblématiques des héros de La Storia d’Elsa Morante.

Germain Rœsz « n’était pas destiné à devenir artiste (qui l’est d’ailleurs en dehors de ceux qu’une loi commande un jour de peindre, d’écrire, etc. ?). Il faut souvent l’interruption de la vie par la maladie (Matisse), l’accident (l’avion de Sam Francis s’écrasant dans le désert), l’incarcération (Stiegler), l’isolement (Descartes), la solitude (Woolf) pour venir briser l’élan vital. Car sans cela, la répétition de l’habitus social, de l’hexis corporel s’imposeraient à tous, toujours. Et il n’y aurait pas d’art ».

Pour Jean-Louis Déotte :  » il faut donc considérer que la Mère des Muses, ce n’est pas Mnémosyne, mais l’Oubli.[…] Héraclite (frag. 30) chante un kosmos éternel, incréé, impérissable : Ce monde-ci, le monde pour tous, nul des dieux ni des hommes ne l’a fait. Mais il était toujours, est et sera feu éternel, s’allumant en mesure et s’éteignant à mesure ».

Articles du même auteur :