Picabia, historien des années 1920

A l’occasion des 60 ans de sa mort, rééditition de l’unique roman de Francis Picabia : Caravansérail.

« Texte de référence épuisé depuis des années, Caravansérail est un roman autobiographique, mais aussi un document majeur où l’artiste règle ses comptes avec les principaux acteurs de dada, du surréalisme et du monde de l’art en général.  Publié à titre posthume en 1974, il était épuisé depuis les années 1980. Ce projet artistique, intellectuel et patrimonial apporte sur les années 1920 un éclairage historique jubilatoire et unique.  Unique roman de Francis Picabia, Caravansérail : tel est le sésame et l’ultime réponse de ce roman où il exprime l’essentiel de ses idées.  Texte autobiographique à clés et à tiroirs, Caravansérail se présente comme une série de tableaux évoquant avec causticité l’esprit d’une époque ».

Picabia en rupture avec les Surréalistes et Breton, crée ici un roman à son image : sa relecture finale n’aura pas lieu car Picabia ne trouve pas d’éditeur. Il abandonne ce texte et se lance en 1924 dans la création du Ballet « Relâche » révolutionnaire, une rupture créatrice dont les membres de Fluxus peuvent se réclamer.

Lire des extraits :
http://widget.editis.com/belfond/9782714456595/#page/1/mode/1up

A redécouvrir à cette occasion :

Christian Derouet, Francis Picabia ; lettres à Léonce Rosenberg 1929-1940, Cahiers du Mnam, 2000.


© Francis Picabia – la révolution Espagnole 1937 (huile sur toile)