L’artiste et le musée du mois : les parfums entêtants de Fernand Khnopff au musée des Arts décoratifs,1979

‎L’artiste fin de siècle Fernand Khnopff (1858 – 1921) célébré par le tout nouveau musée bruxellois ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1799) a fait l’objet en 1979/1980 d’une exposition itinérante, organisée avec le soutien du Ministère de la communauté française de Belgique (Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, du 18 janvier au 13 avril 1980 ; Hambourg,à la  Kunsthalle, du 25 avril au 16 juin 1980). Elle a été inaugurée à Paris, au Musée des Arts Décoratifs, du 10 octobre au 31 décembre 1979.

Un catalogue riche de 274 pages décrit les 150 œuvres exposées et commente les rapports entre « Fernand Khnopff et son temps ».

Les rapports entre l’artiste Khnopff et la ville de Bruges où il a vécu, sont évoqués dans un article de Robert Delevoy, paru dans L’ œil  (n° 291, Octobre 1979, p. 42-47 ).

Les critiques de l’époque notent que « Plus qu’ à Freud.. c’est à l’ésotérisme des Rose-Croix qu’il faut se référer pour mieux déchiffrer les œuvres de ce maitre du symbolisme belge » (Axelle de Gaigneron in  Connaissance des Arts, n° 333, Novembre 1979, p. 87-93 ). On retrouvera bien des années plus tard et de façon « décalée »  la même fascination mystique pour les Rose-Croix et leurs références au Graal, chez Yves Klein.

L’exposition de 1979 tente de recréer l’univers de Khnopff,  « qui essaie de dissoudre silencieusement la frontière entre réel et rêve » : elle bénéficie d’un environnement olfactif assez unique dans les scénographies contemporaines, qui recrée l’atmosphère des Salons de la Rose-Croix où exposait Khnopff : « Les salles d’exposition sont décorées de fleurs, parfumées d’encens, pendant que le spectateur pénètre dans les salles sur la prélude de Parsifal : A peine entré, je vois que je suis dans un Temple : clair-obscur et vapeurs d’encens […] L’une des œuvres que Fernand Khnopff expose au deuxième Salon de la Rose-Croix, I lock my door upon myself symbolise parfaitement cette notion de quête intérieure. La femme observe le spectateur mais semble abandonnée à ses pensées. La présence des trois lys qui sont de la gauche vers la droite : clos, épanoui et fermé, évoquent les différentes étapes de la vie. L’intérieur est envahi d’une atmosphère sinistre par la représentation du masque d’Hypnos (frère de Thanatos, symbole de la Mort), dieu du Sommeil, et renforcée par la fleur du pavot qui est la fleur somnifère.» in Axelle Huet,  » La notion de sacré à la fin du XIXe siècle, à travers l’exemple des salons de la Rose-Croix «  en ligne: http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/wa_files/AxelleHuet.pdf

L’exposition du musée d’Orsay,  » L’Ange du bizarre, Le romantisme noir, de Goya à Max Ernst » , du 5 mars au 9 juin 2013, a retracé notamment le parcours et la démarche de ces symbolistes belges baignant en pleine seconde révolution industrielle :

« Tandis que certains artistes tels Khnopff, Spilliaert et Klinger essaient de dissoudre silencieusement la frontière entre réel et rêve, on voit ressurgir chez Ensor, Stuck et Rops, en pleine époque de seconde révolution industrielle, les hordes fantastiques et bruyantes de sorcières, squelettes ricanants, démons informes, Satans lubriques, Méduses et autres Sphinx qui, loin de signifier un repli obscurantiste sur le passé, traduisent un désenchantement lucide, provocant et festif face au présent et affirment le désir de liberté créatrice face aux carcans de la bienséance bourgeoise. » http://www.cndp.fr/tdc/fileadmin/docs/Actualites/dp_ange_du_bizarre.pdf